Au fait, qui est Maria Montessori au juste ?

Aujourd’hui je vous retrouve comme prévu pour notre premier Portrait, pour tenter de remonter à la source des différentes méthodes pédagogiques et chercher à comprendre l’envers des décors qui ont mené à l’élaboration de ces dernières.

A nous deux Maria, dis-moi comment tu penses, je te dirais si tu es de confiance.

Cet article ne cherche pas à suivre les codes conventionnels. Autrement dit, si vous cherchez un cours d’histoire, vous êtes au mauvais endroit. Ici je vous présente succinctement qui était Maria Montessori, fondatrice de la méthode pédagogique mondialement connue qui porte son nom.

La première chose à souligner est que Maria Montessori fut, à 26 ans, la première femme médecin en Italie. Elle est née à la fin du 19ème siècle, où la position des femmes dans la société n’était pas encore ouverte à tous les domaines. Eh oui ! Une femme, médecin, la première de son pays, tout cela en 1896 ! Cela force le respect, n’est-ce pas ? Oui, je le pense aussi.

Maria Montessori était la fille unique d’un homme chrétien conservateur, et d’une mère croyante qui l’a poussée et encouragée tout au long de sa vie. Ses parents l’imaginaient enseignante, mais c’est une toute autre voie que la demoiselle emprunta pour le plus grand désespoir de son père, comptable strict et rigoureux, qui finit par couper les ponts avec elle, à mesure que ses rêves de devenir médecin s’exauçaient. Nul besoin ici d’appuyer sur le fait qu’en dépit de son origine bourgeoise, son statut de femme porta préjudice à son évolution dans le milieu prestigieux de la médecine.

Mais petit à petit, la mère Montessori gravit les échelons pour travailler près de deux ans dans la clinique psychiatrique de l’université de Rome. J’ai dit « la mère Montessori » ? Oui oui, avant d’être la maman d’une méthode bien bercée et alimentée, madame Montessori fut mère d’un petit Mario issu d’une relation hors mariage avec un professeur en psychiatrie rencontré dans l’hôpital où elle travaillait. Petit Mario qu’elle choisira d’abandonner et qu’elle ne retrouvera que 17 ans plus tard…

En parallèle de ce secret bien gardé, Maria travaillait avec des enfants déficients. Elle s’attelait notamment à une étude comportementale sur de jeunes retardés mentaux.

C’est finalement en 1900 qu’elle se tourna vers la pédagogie ! Elle ouvrit une école d’orthophrénie qui permit l’éducation et la rééducation de jeunes sujets atteints de troubles mentaux, avec la conviction que la pédagogie pouvait améliorer leur état ; notamment en observant ces enfants sans porter de jugements sur eux.

En 1901, elle s’intéressa aux enfants dépourvus de déficience. Pour ce faire, l’infatigable Maria entreprit des études de psychologie et de philosophie. En 1907, dans le cadre d’un projet de réhabilitation de bidonvilles, la première maison des enfants vit le jour pour contenir les enfants violents, indisciplinés et trop jeunes pour aller à l’école.

C’est ici que vont s’expérimenter les fondements de sa méthode qui se résument en une confiance en l’évolution naturelle du rythme de l’enfant. Elle passe par l’insistance sur l’importance de l’instruction avant 6 ans et par l’observation de l’être plein d’espoir.

C’est dans un grand immeuble qui regroupait donc des taudis que Maria Montessori fut amenée à tester et expérimenter sa méthode. Dans ce qui ressemblait à une petite maison au sein d’une plus grande, les parents, qui y avaient un accès libre, pouvaient ainsi interagir. L’enseignante avait d’ailleurs l’obligation de vivre sur place.

Ses nombreux contacts lui permettront d’étendre sa méthode. Mussolini et Hitler ont été de fervents protecteurs et des soutiens du développement de cette pédagogie (allant jusqu’à vouloir former des instituteurs pour formater les enfants),  avant que Maria Montessori ne s’aperçoivent, à l’avènement du fascisme, que l’environnement totalitaire du régime ne concordait pas avec ce qu’elle voulait transmettre. 1934 marque son exil aux Pays-Bas.

Plus tard, Mario finira par faire rayonner le travail de sa mère pour l’amener là où nous la connaissons aujourd’hui. Et qui n’a pas déjà entendu parler de la méthode Montessori… ?

EM.

Si cette série Portraits vous interpelle, n’hésitez pas à m’encourager dans les commentaires.

Je vous joins ici le lien le plus complet qui m’a permis de réaliser cette courte biographie. https://www.association-montessori.lu/maria-montessori/biographie/

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ce contenu a été publié dans Éducation, Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Au fait, qui est Maria Montessori au juste ?

  1. petite étoile*** dit :

    Je ne connaissais pas la vie très active de cette dame mais j’ai entendu parlé de cette méthode très connue qui est vraiment intéressante.
    Le dessin est vraiment très bien fait bravo!

    • EM dit :

      Bonsoir petite étoile***,
      Vous voilà au rendez-vous! Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez à cette série, et au blog plus généralement.
      Merci beaucoup ! C’est un petit dessin, qui avec du recul me semble un peu déformé, mais il y aura un article à ce sujet prochainement…
      Je vous dis à très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *