Les différents types de sages-femmes

unbrindemaman © EM – Les différents types de sages-femmes

Ces derniers temps, j’ai lu pas mal d’articles qui ont fait resurgir des souvenirs de ma grossesse. Je pense notamment au récit d’accouchement de famille tout à dire, que je viens juste de découvrir, où même au témoignage si drôle du récent arrachage des dents de sagesse de dinde de toi

Ces nombreux articles m’ont rappelé la période si particulière de ma grossesse où j’ai été en observation un temps et où j’ai du côtoyer bon nombre de membres du personnel hospitalier. J’ai déjà écrit un article sur le sujet. Mais mon article du jour met le focus sur une « branche particulière » : celui des sages femmes.

Ah les sages femmes, j’en ai rencontré des tas ! Alors en exclusivité, je vous livre une palette bien fournie des types de sages–femmes que j’ai pu côtoyer.

Il y a celle qui est au bout de sa vie, elle déteste son boulot, elle traîne les pieds et elle soupire au moins quatre fois par minute. Elle a la fâcheuse tendance à lever les yeux au ciel dès que quelque chose lui percute l’esprit.

Il y a celle qui ne manque pas de vous faire remarquer que vous avez une mine fatiguée à chaque fois qu’elle passe votre porte. Généralement, elle porte deux couches de fond de teint trois fois trop foncé pour sa carnation. Si vous tendez l’œil, vous pouvez peut-être même apercevoir un faux grain de beauté dessiné au crayon khôl sur son visage. Si si regardez bien, il change de place un peu chaque jour.

Il y a celle qui se prend pour votre meilleure amie. Elle commence par vous poser deux ou trois questions de contrôle en débranchant le monitoring et finit par déplier une chaise pour s’asseoir auprès de vous. Vous vous surprenez alors à être en train de répondre malgré vous à une forme d’interrogatoire intrusif sur votre vie privé, vos habitudes… Terrifiant.

Il y a celle qui vous fixe du regard comme si vous étiez la première femme enceinte qu’elle voyait. Elle n’hésite pas à vous lancer qu’elle aimerait être à votre place. Elle laisse sous-entendre qu’elle le mérite plus que vous.

Il y a celle qui a manqué son concours d’entrée au cours Florent, et vous vous demandez bien pourquoi. C’est bien simple, elle semble avoir plusieurs personnalités. Vous êtes étonné de constater à quel point elle peut être exécrable avec vous, alors qu’elle peut devenir douce comme un ange quand votre conjoint ou votre famille apparaissent. Gardez un Gaviscon à portée de main : si votre nausée s’était calmée, elle pourrait bien revenir de plus belle à la vue de ce théâtre d’hypocrisie.

Il y a celle qui est énervée. Elle s’est levée du mauvais pied. Le ciel semble lui être tombé sur la tête. Elle ne vous regarde pas, ne vous adresse pas un mot. Des sons sortent de sa bouche mais vous ne distinguez rien de plus que sa colère. Vous ne cherchez même pas à lui adresser la parole. Qui sait ce qu’elle pourrait vous faire…

Il y a celle qui ne sait absolument pas ce qu’elle est en train de faire. Elle ne connaît rien à son métier. Elle n’est capable de répondre à aucune des questions que vous lui posez. Elle semble tout bonnement perdue. Elle a généralement des gestes lents et le regard vide. Etrangement, vous tombez souvent sur elle lorsque vous avez une prise de sang à faire.

Il y a celle qui n’entend rien. Vous avez beau lui dire que le monitoring est trois fois trop serré et que vous avez mal, elle fait mine de ne pas vous entendre et continue de se parler à elle-même. Vous avez le sentiment d’être le énième sujet d’un exercice de travaux pratiques. En trente minutes, vous n’avez quasiment eu aucune interaction humaine.

Il y a celle qui vous regarde de haut. Elle sait pertinemment qu’elle vous verra sous votre pire angle et qu’elle sera indispensable à votre survie, elle se permet des remarques et vous prend pour une illettrée qui ne connaît rien à rien. Elle méprise les aides soignantes en les envoyant balader d’un revers de la main. Etrangement, elle change de posture quand elle réalise que je suis architecte. Sa vision du monde semble vraiment tordue, sûrement la faute à la médecin qui, dès son arrivée sur ses échasses dorées, l’enverra balader à son tour.

Il y a la muette, celle-ci donne l’impression qu’elle fait des découvertes phénoménales durant votre échographie. Elle analyse les tracés du monitoring en émettant des sons incompréhensibles. Ces sourcils prennent toutes les formes possibles et inimaginables. Elle vous fait peur, mais vous aurez beau lui poser des questions au bon moment pour ne pas la déranger, elle restera muette et vous n’en saurez pas plus.

Il y a celle qui essaie de plaisanter avec vous en médisant d’une autre patiente du service. Elle manque d’insulter une femme enceinte, en rigole et cherche votre regard approbateur. Pire, elle le fait avec sa collègue, en face de vous. Vous êtes abasourdie mais vous restez de marbre. Vous savez que vous aurez besoin de ces personnes.

Il y a l’homme. Heu comment dire… Si vous avez déjà du mal avec le concept de sages-femmes, que dire des « sages-hommes » ? Vous vous demandez comment ce bonhomme a atterri dans cet environnement de femme et surtout comment il fait pour y survivre. (Halte ! Ne me parlez pas là de misandrie. Je ne juge pas les hommes qui font le choix de faire ce métier. J’avais simplement envie d’intégrer mon ressenti. En tant que femme exposée à ce service, j’ai aussi ce droit de dire que j’ai du mal avec les sages-femmes et encore plus lorsque la sage-femme s’avère être un homme.)

Il y a la pressée, celle qui déboule en flèche dans votre chambre. Elle ne prend plus la peine de frapper à la porte. De toute façon, elle sait bien que toutes les autres frappent tout en entrant, alors à quoi bon perdre ce temps ? Elle s’active et ne vous explique les choses qu’elle a faites seulement après les avoir faites. Elle n’appuie jamais sur le coton avant de mettre le pansement une fois la prise de sang effectuée. Pansement qu’elle vous demande d’ailleurs de mettre par vous-même. Vous n’avez pas le temps de la remercier qu’elle est déjà partie. Vous réalisez à ce moment qu’elle a laissé votre porte ouverte…

Et puis il y a les autres, celles que je n’ai pas eu la chance de rencontrer. Les bonnes sages-femmes, attentives, bienveillantes, patientes et gentilles. Passionnées par leur travail, compétentes, professionnelles et altruistes tout simplement. Où sont-elles ? Si vous le savez, dites-le moi. Je cherche toujours…

EM.

Etonnant, n’est ce pas ? Je tiens à préciser que ces sages-femmes existent bel et bien. Et pourtant je ne suis pas une patiente difficile. La « big boss » des médecins du pôle maternité a même pris le temps de me dire, du haut de ses échasses dorées, que j’étais une patiente agréable, c’est dire ! Et les autres patientes, comment supportent-elles ces types de sages-femmes ? Et vous, vous en connaissez d’autres ? Venez partager vos expériences dans les commentaires.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ce contenu a été publié dans Découverte, Pensées. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

31 réponses à Les différents types de sages-femmes

  1. Les miennes sont juste des perles (une pour le suivi + cours et une pour l’haptonomie) ! Douce et à l’écoute, avec ce type d’article je mesure ma chance de les avoir à mes cotés 😀

    • EM dit :

      Bonjour Caro,
      Tu as énormément de chance ! Je suis convaincue qu’il existe de super sages-femmes. J’ai seulement eu moins de chance que toi…
      EM.

  2. J’avoue que je suis comme Caro, ma sage-femme libérale est merveilleuse et toutes celles que j’ai rencontré à la maternité le sont également (malgré une bonnes douzaines de visite pour traiter une GEU avant d’avoir mon fils…)

    • EM dit :

      Bonjour,
      J’ai aussi souvent entendu que les sages-femmes libérale prenaient plus leur temps. Je vais me pencher sur cette possibilité à l’avenir. J’avais aussi une grossesse particulière et ils n’ont pas pour autant été plus à l’écoute. Je suis simplement mal tombé.
      EM.

  3. Jocelyne dit :

    Moi pareil, j’ai d’assez bons souvenirs des sages-femmes que j’ai rencontrées. La distinction majeure est la suivante : les sages-femmes qu’on rencontre en milieu hospitalier, et les sages-femmes de ville, qui ont un cabinet et exercent à titre privé.

    Pour les premières, elles ont il est vrai un côté agaçant avec leurs airs de « je-sais-tout-mieux-que-personne » qui se mue très vite en préjugés. Mais généralement elles sont efficaces, il ne faut pas en attendre grand’chose, et surtout ne pas les contredire, elles sont alors capables de corriger leurs propres erreurs d’elles-mêmes (grâce au monitoring le plus souvent).

    J’ai rencontré une sage-femme de ville assez récemment. En réalité, toute femme ayant eu une grossesse a droit à 10 séances de rééducation (du périnée, par exemple) chez une sage-femme, à n’importe quel moment de sa vie.
    J’ai eu énormément de chance : je suis tombée sur une personne pleine de tact, amoureuse de son métier, elle avait aménagé son cabinet avec le plus grand soin, et c’était un véritable plaisir de « travailler » avec elle. J’en ai déduit que lorsqu’on peut choisir, c’est le plus important de choisir une personne avec qui on se sent bien.

    • EM dit :

      Bonjour Jocelyne,
      Ah oui c’est sur que les sages-femmes en hôpitaux ils ne fait pas trop leur en demander (celles que j’ai rencontré du moins..). Je dois vraiment passer à « l’expérience » sage-femme libérale !
      Merci pour ton commentaire 🙂
      EM.

  4. Maman de 4 enfants +un ange dit :

    Admirablement bien écris !!bravo j ai 4 enfants j ai rencontre toutes ces femmes !beaucoup m ont fait pleurer ,surtout pour mon ange parti beaucoup trop tôt …c est vrai j en ai rencontre une ou deux perles heureusement !mais je pense ne pas avoir eu la pertinence de garder la même sage femme c est la ma grande erreur !cependant ayant eu des grossesses parfois difficile je n avais pas le choix ! Au final j ai beaucoup rit en vous lisant 🙂 comme quoi ce ne sont reste que des souvenirs ! Je respecte bien sur toutes les sages femmes qui font un travail difficile . Néanmoins je vous comprend la grossesse est un moment de bohneur . On y vit des moments que l on ne souhaiterais pas froisser par des méchancetés qui n ont pas de sens . Merci ….

    • EM dit :

      Bonjour,
      Heureuse de te relire par ici 🙂 Eh oui malheureusement, pour en avoir parlé plus d’une fois, je constate que bien d’autres mamans ont du faire face à ces personnes indélicates. Il y a bien sur des perles rares… Je ne dénigre pas ce métier bien difficile. Mais il faut aussi noter que lorsqu’il est mal fait, ça se ressent beaucoup trop… et parfois ça peut faire mal. Merci pour ce commentaire 🙂
      EM.

  5. Haha tellement ca, surtout l énervée chronique, qui ne comprend pas que pour vous, c’est important ! J’en ai vu qq unes aussi, certaines bien perchées aussi mdt

  6. Ma pauvre amie EM,
    Tu as rencontré de drôles de cas dans ton périple. Il es vrai dans le corps médical comme dans les autres milieux, on rencontre des personnes qui ne semblent pas être dans le métier qui leur correspond! Cependant, on ne va pas faire une généralité. Mais il arrive très souvent que ces personnes du corps médical semblent nous prendre pour des personnes qui ne comprennent pas tout ou très difficilement. Cependant, elles ne sont pas « humaines ». Pour faire ces métiers, ils font aimer le genre humain et adorer son métier sinon cela ne passe pas. Il est vrai que leurs conditions de travail se sont dégradées depuis de nombreuses années.

    • EM dit :

      Bonjour Jeanne,
      Oui, je ne souhaite pas faire de généralité. Bon d’accord j’en ai bien rencontré une qui était sympa. La toute première, celle qui a confirmé ma grossesse et à qui je n’ai plus eu affaire par la suite… Mais rien ne m’assure qu’elle n’aurait pas changé d’humeur si elle m’avait suivie… Quoi qu’il en soit, c’est un métier difficile, d’accord, mais qui doit rester humain tout de même. Je garde un très mauvais souvenir, que je retranscrit ici avec humour, tout en espérant très sincèrement que de bonnes sages-femmes existent et que je suis tout simplement tombé sur une mauvaise équipe. Merci pour ton message 🙂
      EM.

  7. Noem family dit :

    J’adore ton article et en le lisant, je me dis que j’ai eu de la chance. Je suis toujours « tombé » sur des sages femmes très gentille. Mais je ne doute pas qu’il en existe de toute sorte et pas que des gentilles malheureusement.

  8. Dinde De Toi dit :

    Merci pour la référence 🤗 ! Super article 👍
    Ici j’ai eu une sage femme douce et agréable pendant mon suivi mais je ne l’ai vu qu’une fois malheureusement.
    Le reste j’ai eu comme toi un peu de tout.
    Celle qui infantilise avec des « mais vous ne vous rendez pas compte !! »
    Celle qui te fixe du regard quand tu es en pleine contraction, en train de mourir de douleur, mais qui reste les bras croisés
    Celle qui se moque des femmes enceintes qui gèrent mal la douleur
    Celle qui ne jure que par son sacro saint examen du col
    Celle qui n’a jamais eu d’enfant et qui ne sait pas m’expliquer ce qu’est une contraction (« C’est l’utérus qui se contracte madame » me voilà bien renseignée…).
    Et j’oubliais la meilleure : celle qui fait une épisio sans prévenir ! As t-elle cru que j’étais un légume ? 😛

    • EM dit :

      Haha ! Heureuse de te lire ici ! Le plaisir est pour moi.
      Eh bien, je constate que les sages-femmes que nous avons connu ont beaucoup de points commun !
      Pareil la première était adorable mais elle ne m’a pas suivit alors …
      Celle qui n’a pas eu d’enfant ! haha ! J’en ai croisé plus d’une. Tout comme toi j’ai découvert les contractions sur le tas. Pourtant ça n’était pas bien difficile à décrire, juste un couteau qui te traverses le dos et des décharges partout autour… Maintenant je sais ce que c’est au moins ! 🙂
      Merci pour ton commentaire,
      EM.

  9. Alors comme je suis un cas désespéré dixit le gynéco chef de service (il n’a pas été déçu de m’avoir traitée de la sorte!),

    • EM dit :

      Encore un qui s’est permis une réflexion de ce genre… C’est vraiment triste.
      Ah oui ? Moi je suis resté très calme, il faut dire que j’avais peur de me les mettre à dos. Je savais que j’allais avoir besoin d’eux. J’ai naïvement pensé qu’ils sauraient m’aider au mieux et que je devais leur faire confiance, en ne disant rien, en acquiesçant à tout. Comme j’avais tort !
      EM.

      • Mon fils était en siège donc mon gynéco a programmé une version et là j’ai eu ce monsieur qui est arrivé énervé et qui a hurlé sur tout le monde. Surtout moi car j’avais des contractions. 1/ je fais partie de la toute petite partie des filles qui ne les ressentent pas (c’est une chance mais pas vraiment finalement) 2/ c’est ma première grossesse 3/on prend le temps de m’expliquer. Bref, ça m’a saoulé j’ai répondu et la sage-femme m’a pincé pour que je me taise! Il n’a pas apprécié et c’est parti en engueulade, mon gynéco est arrivé, m’a emmené dans son bureau, et on a pris des décisions ensemble. Chose qui n’a pas plu à l’autre et il m’a encore engueulé dans le couloir devant tout le monde! Il a joué, je suis joueuse, j’ai gagné !!! J’ai eu le dernier mot!

  10. Oups erreur de manipulation !!!!
    Bon je suis peut-être un cas désespéré mais en plus je suis une chieuse!!!! l’Hôpital je connais depuis toute petite (j’ai fugué de la pédiatrie, j’ai mordu des infirmières, des médecins, je me suis cachée…….tout ça pour pas avoir une prise de sang!), bref la pire patiente!!! Donc à la maternité, j’ai eu à faire aux copines de ma maman ou à des étudiantes. Les copines me connaissent donc elles ont su me gérer (et devaient dire aux autres de m’éviter car je n’ai pas vu grand monde!), les étudiantes par contre moins!!!! Bon elles ont quelques sueurs froides mais elles ont tenu bon!!!

  11. Suzanne dit :

    Je me souviens surtout de mes sages femmes dans le cadre de la prépa à l’accouchement, très douces et très patientes mais il s’est avéré que leurs conseils ne m’ont pas vraiment servie mais qu’importe c’était bien quand même 🙂

    • EM dit :

      Ah oui, j’ai aussi fais les cours de préparations à l’accouchement. Je n’ai pas pu aller jusqu’au bout car cela devenait trop difficile de me déplacer vers la fin. Trop fatiguant et j’ai bien senti que la préparation sous forme de cours de bio ne me servirait pas plus que cela… Une sage femme qui s’improvise prof ça n’est pas encore la même chose que la même sage-femme avec sa casquette de « soignante » en situation… En tout cas c’est super si tu as aimé, c’est ce qu’il faut 🙂
      EM.

  12. Paty dit :

    Bonjour, EM,
    Là, c’est moi qui ai pris un grand temps de réflexion… Quelles histoires hallucinantes !!!!
    Il est vrai que j’ai eu des grossesses sans trop de problème de suivi…
    Je n’ai pas à me plaindre, je suis tombée sur des sages-femmes plutôt sympas… sauf peut-être pour mon 3ème… ayant perdu les eaux, je me suis rendue à la maternité (qui n’est pas la porte à côté, sinon c’est pas drôle !) et elle m’a mis un truc dans la perf pour arrêter les contractions : c’était en pleine nuit, et j’ai compris, après, que comme elle finissait son service au matin… no comment… Mais au service suivant suivant la sage-femme était géniale, donc la première a bien fait… 😉
    J’ai eu plus de problème pour le 2ème, mais avec l’anesthésiste, qui ne comprenait pas pourquoi il fallait faire une péridurale à une femme qui accouchait (je fais des contractions lombaires, si certaines connaissent, et son injection n’a rien fait) ! Mais, là, j’avais demandé à ce que mon gynéco soit présent, et il a tout pris en main et envoyé balader un peu tout le monde, parce que il y en avait du monde, au moins 5 ou 6 personnes, pour une raison que j’ignore, mais personne pour me dire ce qu’il fallait que je fasse ! Ah, si, « poussez », mais pas à bonne escient et sans appui pour les pieds, c’est facile !!!! Mais bon, tout c’est bien passé au final, et c’est ce qu’il faut retenir… Voilà pour ma « petite » participation pour un sujet où il y a autant à dire qu’il y a de grossesses ^^
    J’espère que tu auras une meilleures expérience pour tes (?) prochaines grossesses et accouchements 😀
    Bisous EM

    • EM dit :

      Bonjour Paty,
      Super ton témoignage ! Ca enrichit vraiment l’article.
      Ah le coup de la sage-femme qui modifie le file de ton accouchement en fonction de son emploi du temps personnel c’est quelque chose !
      Oui ! pour expliquer comment faire ils ne sont pas très doué.. Bien souvent les personnes en charge n’ont elles même pas d’enfants alors ça complique les choses…
      Merci beaucoup pour ton message et à très vite 😉
      EM.

  13. Colette dit :

    On sent le vécu! C’est dit avec une pointe d’humour rempli d’amertume, mais fort bien écrit.
    La sage-femme de mon premier accouchement était une ‘aigrie’: « Ah! Vous avez su le faire entrer! Maintenant il va falloir le faire sortir! C’est moins bien!!! »
    Pour le 2ème accouchement, l’équipe était parfaite; belle ambiance, compétence, professionnalisme. Tout bon!
    Pour le 3ème l’ambiance était moins chaleureuse, mais bon, la pleine lune avait rempli et affolé l’hôpital…

    • EM dit :

      Bonjour Colette,
      Un plaisir de te compter parmi notre petite communauté de brindilles ! Merci pour ton commentaire qui ne fait qu’enrichir l’article. Certaines sages-femmes sont vraiment mauvaise. Le commentaire que ta première sage-femme t’as faite m’a fait bondir ! Quoi qu’il en soit, félicitations pour tes 3 accouchements.
      Au plaisir,
      EM.

Répondre à Noem family Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *