Ma vie à deux vitesses

unbrindemaman © EM – Ma vie à deux vitesses.

Bonjour à toutes ! Je vous retrouve plus en forme que la dernière fois que j’ai pris le clavier. J’ai pris quelques jours pour me reposer et je vais bien. Le pansement de contention n’aura même pas été utile, les choses se sont arrangées seules en mangeant « liquide » pendant quelques jours.

Je vous remercie pour tous vos messages ici et sur les différents réseaux. Vos petits messages privés me réchauffent vraiment le cœur, je ne m’attendais pas à ça en lançant le blog il y a quelques mois et j’ai de plus en plus de belles surprises, merci beaucoup. Cet épisode quelque peu gênant m’aura quand même valu ma première Une Hellocoton ! On ne pourra pas dire que je ne donne pas de ma personne pour faire vivre ce blog ! #humour

En tout les cas, je préfère reporter le #RDVdesmots de cette semaine à la semaine prochaine pour me laisser plus de temps pour y réfléchir (idéalement, et s’il y avait beaucoup de participantes à chaque fois, je laisserai juste cette citation passer et je passerais à une nouvelle citation la semaine suivante sans me soucier d’en manquer une ou non, mais je continue de jouer le jeu avec vous à chaque semaine pour qu’il y ait toujours au moins deux participations ! J’en profite pour remercier les chroniques de Sallia pour ses participations régulières.) J’espère que vous ne m’en voudrez pas… Je vous retrouve donc aujourd’hui pour un petit article, juste parce que j’ai envie d’écrire, vous parler un peu de moi. C’est aussi le principe du blog après tout.

Aujourd’hui, je vous parle du rythme que j’adopte dans mon quotidien. Enfin, je devrais parler de rythmes, au pluriel. Il y en a au moins deux à vrai dire. Je pense que beaucoup de mamans se retrouveront dans mes mots.

Depuis que je suis maman, j’ai un rythme très particulier. Il y a les phases d’une lenteur extrême, ce sont des temps très calmes où je suis à l’écoute de ma fille. Je suis au plus près d’elle, nous passons du temps ensemble. Je la regarde jouer, je lui lis des histoires, je lui en raconte aussi. Nous dessinons ensemble. Je lui laisse le temps, tout le temps qu’elle pourrait avoir besoin pour faire ce dont elle a envie. Même si cela revient à rester posée à côté d’elle pour la regarder et l’encourager.

Il y a deux raisons qui me poussent à prendre ce temps, comme il me vient, sans me poser de questions :

  • Je veux profiter de ma fille. La voir grandir, être à son écoute, l’accompagner à chaque instant et être là pour elle.
  • C’est un pur moment de détente qui me fait du bien au moral.

Pendant ces longs moments où je peux simplement être en train de tenir une pièce de puzzle, ou tendre mon bras une trentaine de fois pour faire un « top là », j’ai souvent l’esprit qui fini par bouillonner. Je réfléchis aux articles que j’aimerais écrire pour le blog. Je réfléchis à la boutique qui ouvrira prochainement aussi. Je me dis que le temps m’échappe, que tout file beaucoup trop vite et que mes journées sont trop courtes pour avoir le temps de réaliser toute mes idées. Puis le son du « top là » me ramène à l’instant présent et mon esprit se calme à nouveau.

Alors bien sûr, dans une journée j’ai aussi beaucoup de choses à faire en dehors de tous ces projets qui m’animent. A la maison, la cuisine c’est mon dada, c’est moi qui prépare tout et j’adore cela. Je n’échangerai pas cette tâche à accomplir qui est un réel plaisir pour moi. Il y a des temps dans la journée où je n’ai pas d’autres choix que de laisser mon mini moi jouer seule. Toujours sous surveillance, mais plus lointaine tout de même. Ces temps-là sont aussi durs pour elle que pour moi. Tout dépend de son degré de concentration au moment où je m’éclipse dans la cuisine. Inévitablement, elle finit par le remarquer et me réclame. Alors j’ai pris l’habitude d’être très organisée et méthodique pour ne pas perdre une seconde. J’ai développé des techniques qui m’étonnent moi-même… Je profite aussi de tous les instants où mon mari s’occupe de notre choupette pour faire ce qui est essentiel pour moi ou pour la famille, en maman poule que je suis.

Le deuxième rythme est débordant d’énergie et de production dans le sens de la concrétisation de mes idées. Il a lieu seulement au moment où notre bébé ferme les yeux. Je pense pouvoir dire que je ne peux absolument rien faire de bien finalisé et précis lorsque notre choupette est réveillée. Rien. C’est-à-dire que tenir un crayon plus de 30 secondes d’affilée relève de l’exploit… Vérifier mes mails est une action possible, mais y répondre est une autre histoire. Si je parviens à déposer mes pensées sur le mémo de mon téléphone en journée, c’est un petit miracle…

Vous l’aurez compris, comme toutes les mamans, j’ai le mode tornade activé dès que les paupières de mon bébé se font lourdes. Je dois vite, vite, faire ce qui est indispensable et qui n’attend pas (linge, vaisselle, balais…) tout en silence car chaque seconde de sommeil doit être rentabilisé. Puis vite ! Vite ! Attraper quelques minutes de production en plein vol pour faire avancer mes petits projets qui me font du bien.

Généralement, j’offre le temps de la sieste aux tâches quotidiennes. Les débuts de soirées/soirées sont pour le blog (pour alimenter le blog et voir celui des copinautes, être sur les réseaux…) et penser ou produire pour la boutique.

Je ne programme presque jamais mes articles. Mes billets sont le fruit d’une réflexion qui a largement le temps de mûrir en journée. Sur plusieurs jours parfois. J’ai rarement besoin de creuser longuement avant de trouver un sujet. J’ai beaucoup de thèmes qui bouillonnent et qui attendent seulement d’être mis en forme. Paradoxalement, moins j’ai de temps pour le blog et plus j’ai envie d’écrire.

Je me dis souvent que j’ai une chance incroyable de pouvoir m’occuper moi-même de ma fille. J’ai le sentiment d’être privilégiée. J’ai aussi conscience que ma situation est très particulière. Je ne peux pas concevoir mon quotidien sans être active sur le plan de la réflexion ou de la création. Alors j’essaie de combiner mes deux passions, ma famille et mes petits projets. C’est un bel équilibre qui est parfois déconcertant, cerné entre des phases au ralenti, dans un temps étiré pour s’accorder au rythme de mon bébé, une douce lenteur. Et en face de cela il y a ces accélérations frénétiques, contenues dans un temps très court, pour avoir le temps de faire le plus de choses possibles. C’est une forme de contrat que j’ai signé avec moi-même. Une dose d’adrénaline que j’aime retrouver à des moments de la journée.

Et le repos dans tout cela ?

Un jour, une puéricultrice m’a dit : « Le sommeil d’une maman allaitante vaut le double de celui d’une femme qui n’a pas même d’enfant. » Je me suis souvent demandé si cette affirmation était vraie. Par malheur, mon époux était présent au moment où cette phrase assassine a été lancée. Je me fais régulièrement charrier depuis. Selon cette hypothèse, quatre heures devraient suffire à me recharger au même titre que si j’avais dormi huit heures… J’y crois sans y croire. Il est vrai que depuis que j’ai un petit être dans ma vie, mes nuits sont le dernier de mes soucis. Je dors vraiment très peu et finalement je me dis que tous les temps calmes que je partage avec ma fille sont terriblement reposants, alors je ne sais pas trop.

Tout ce que je peux dire, c’est que ma vie à deux vitesses, je l’aime. Je l’aime parce que j’ai une chance incroyable d’avoir ma fille auprès de moi. Je l’aime même si parfois, il m’arrive d’avoir envie de vouloir m’isoler un peu pour me concentrer, pour écrire ou dessiner… Je l’aime parce qu’à côté de cela j’ai cette chance d’avoir la possibilité d’élever mon enfant moi-même, que nous partageons beaucoup de temps ensemble. Parce que nous nous forgeons des souvenirs indélébiles. Je l’aime parce que finalement le temps, pour moi et pour mes projets, je finis toujours par le trouver. Je choisis mes priorités et j’avance… Je laisse mûrir mes idées et je laisse le temps au temps. Ma vie à deux vitesses, je l’aime même si j’ai tendance à tirer un peu trop sur la corde le soir et que je fais passer mes projets avant mon sommeil… sommeil qui me donne parfois le sentiment d’en perdre, du temps… Ce temps si précieux, je le chéris chaque jour. Je pense que je ne goûterais pas au même plaisir si j’échangeais une partie du temps que je passe avec ma fille contre du temps de production pour mes projets. Pour ce qui est de ma carrière d’architecte, je n’en parle même pas. Je fais le choix de la mettre entre parenthèse un moment. Je suis reconnaissante de pouvoir le faire. Pour certaines femmes, la carrière passe avant tout. Moi je suis de celles qui seraient meurtries de ne pouvoir accompagner la chair de ma chair dans ses premières années, surtout avec une profession aussi prenante que la mienne #nolife. Alors ma règle d’or, c’est de laisser le temps faire les choses, de trouver mon équilibre en restant toujours épanouie auprès de ceux que j’aime, en continuant toujours de faire ce que j’aime. J’ai un rythme assez particulier en ce moment. Un temps particulier pour un rythme particulier. « Laisse-toi porter. »

Ma vie aux mille allures, c’est une vie de maman qui partage son propre temps avec celui de ses enfants et de sa famille. Toutes les mamans ne choisissent pas la même rythmique, mais toutes les symphonies restent mélodieuses tant que les bébés et les parents sont épanouis, puisqu’au final c’est tout ce qui compte.

EM.

Ma vie à deux vitesse, je l’aime beaucoup. Et vous, quel est le rythme que vous avez adopté ? Vous travaillez depuis chez vous ? En extérieur ? Vous êtes mère au foyer ? (Ce qui n’est pas moins un travail.) Comment organisez-vous votre temps entre vos projets et votre vie de famille ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ce contenu a été publié dans Pensées. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

21 réponses à Ma vie à deux vitesses

  1. Comme je te comprends ! J’adore aussi prendre tout le temps nécessaire durant mes moments avec bébé Lu. Malheureusement, je n’ai pas eu la chance de pouvoir prendre un congé parental. Non pas que je sois préoccupée par ma carrière, je fais partie des gens qui n’ont pas besoin de travailler pour s’épanouir, mais malheureusement nos deux salaires sont nécessaires pour faire vivre la maison.
    Je te souhaite encore des millions de moments magiques avec ta fille !
    Et promis, je vais essayer de trouver le temps de participer au prochain rdv des mots 😉

    • EM dit :

      Merci pour ton commentaire. Je comprends très bien ta situation. Je le ressent très bien dans tes écrits, nous sommes sur la même longueur d’ondes. Merci beaucoup 🙂
      EM.

  2. Un rythme qui te conviens et dans lequel tu t’épanouis ! Et comme tu le dis, c’est bien le plus important !
    Bonne journée ! 🙂
    PS/ ravie que tu ailles mieux !!!!

  3. Paty dit :

    Cc EM,
    Tu as raison, l’essentiel est de trouver le rythme qui nous convient, sans nous frustrer, et selon nos possibilités…
    Mais, si je peux me permettre, je crois que quand on a un travail « à côté », le rythme est encore plus soutenu !!!!!!!! Et on apprend à laisser passer des choses qui nous paraissaient primordiales avant… Les enfants, çà changent tout dans une vie, en tout cas quand on veut rester le plus proche possible d’eux 😉
    Et contente que ta blessure sportive se soit remise rapidement 😀
    Bonne journée, EM,
    Bises

    • EM dit :

      Bonsoir Paty,
      Oui ! Je suis loin de me plaindre de mes multiples rythmes de vie ! Loin de là ! J’imagine que pour les mamans qui n’ont pas le choix cela doit être encore plus difficile.
      Merci pour ton commentaire Paty et à très bientôt !! 🙂
      EM.

  4. Contente de savoir que tu vas mieux… le rythme… un bien grand mot car pour l’instant je n’en ai pas ! Je travaille justement sur le sujet. J’ai besoin d’organiser un peu mieux mes journées je pense… Ma résolution de rentrée ?

    • EM dit :

      Il y a toujours des moments de flottement c’est normal. Puis l’enfant grandit il faut se réadapter à chaque fois aussi…
      Merci beaucoup pour ton passage et ton commentaire 🙂
      A bientôt,
      EM.

  5. Coucou EM,

    C’est un beau tableau que tu nous dépeint là et je t’imagine bien jouer avec ta puce, vos moments de tendresse rien qu’à vous …
    Je les ai eus quand mes loulous étaient bébés, c’était des moments magiques que toi aussi tu garderas ancrés pour toujours dans ta mémoire et ton coeur.

    Par contre maintenant pour moi y a pas 2 vitesses mais qu’une seule ! lool
    Ma vie est speed tous les jours à cause de plein de choses qui doivent être faites : lessive, repassage, ménage, cuisine, potager, conserves, confitures, gâteaux ou biscuits pâtissés tous les jours puisque je n’achète rien d’industriel … bref tu me diras comme beaucoup de femmes !
    Mais avec 4 enfants (mes 2 garçons de 7 ans 1/2 et 9 ans et les 2 de mon homme, un garçon de 10 ans et une fille de 15 ans 1/2) qui sont toujours en action, pas le temps de me poser !
    Le soir on discute de choses et d’autres, si on a le temps on fait une (bruyante!) partie de carte mais finis les moments de la petite lecture du soir ou du puzzle tranquille.
    On a encore beaucoup de moments de câlinous mais je suis plus souvent en train de courir après eux que de me poser avec eux !
    Sans doute à cause de l’âge puis parce que c’est des garçons 😉 Mais ça ne nous empêche pas d’être heureux et de nous aimer trèsssss fort !
    Bisous et bonne semaine à toi,
    Ma’

    • EM dit :

      Waw je me suis régalé à lire ton commentaire qui m’a propulsé dans ton nid l’espace d’un instant. J’imagine très bien ce rythme de vie là ! Il me rappel le miens lorsque je n’était encore qu’une enfant en devenir, assez grande pour occuper tout le temps et l’espace autour de moi avec mes frères et mes soeurs… Il y a des étapes en fonction des âges… Chaque phase à une saveur différente. Merci beaucoup pour ton commentaire qui m’en a appris plus sur toi 🙂
      A bientôt,
      EM.

  6. Joli article !! Je crois que toutes les mamans ont une vie à deux vitesses, qu’elles soient à domicile, au bureau, ou ailleurs. Bon, pour le coup,moi c’est deux rythmes effrénés lol, j’avoue que parfois j’aimerais freiner un peu le boulot, pour être un peu plus proche des enfants.

    • EM dit :

      C’est vrai qu’avec tes quatre enfants et ton travail tu dois courir beaucoup ! Bravo à toi de réussir à gérer un tel rythme ! 🙂
      Merci pour ton commentaire.
      EM.

  7. Justine dit :

    C’est exactement la même vie que je rêverai d’avoir quand j’aurai des petits ! Je suis nounou et je m’occupe des petits au domicile des parents pour le moment, je souhaite être assistante maternelle dans mon chez moi quand j’aurai le logement adapté, et quand j’aurai des bébés, je serai à la maison, que je travaille ou non, je ne vois pas d’autres options. Mais ce sont mes envies, je comprends qu’on puisse redouter ça. 🙂
    En tout cas, je suis contente que tu ailles mieux ! 😀 <3

  8. Suzanne dit :

    Quel bel article ! Un amour incommensurable pour ta fille et tellement entier !! Jet n’ai pas su profiter des premières années de mes filles carticle je me suis contenté du congé maternité et j’ai repris à 100% dans un domaine qui se recoupe au tien…aujourd’hui maintenant que j’ai repris une vie active qui me permet d’avoir toutes les vacances avec mes filles je vais essayer de bien en profiter surtout que j’ai un tout autre rythme de travailler à la maison après ma journée de classe…

    • Suzanne dit :

      Et merci pour ton clin d’oeil !!! ❤❤❤❤

      • EM dit :

        Je comprend complètement. Je pense que nos domaines, comme tu dis, ne sont pas pleinement compatible avec une vie de famille complètement épanouie si nous souhaitons rester au top du top au boulot. Il faut faire des choix et des concessions. Ces boulots demandent énormément de temps et d’énergie, de jour et de nuit… Avec énormément de contraintes… Je suis contente que tu aies trouvé ton équilibre. Moi je fais une pause et je verrais bien 🙂 Je reste active en attendant.
        De rien ! 😉 Merci à toi et à bientôt !
        EM.

  9. Dinde De Toi dit :

    Pendant ma fille fait la sieste je suis à côté d’elle dans le lit à glander, parfois je somnolle, le plus souvent j’utilise ma tablette. J’ai besoin d’un temps mort ! Plusieurs fois je l’ai laissé dormir pendant que je vacquais à mes occupations mais en terminant la journée j’étais épuisée. Et puis elle déteste se réveiller dans un lit vide alors je me dévoue en restant à ses côtés 😛.

    • EM dit :

      Oui c’est sûr que les temps morts sont indispensable ! Je te comprends tout à fait. Tu n’es pas seule à profiter de ces temps là de cette manière… ^^

  10. petite etoile*** dit :

    Le travail des mamans est tellement immense parcequ elle fait de tout et tout le temps et sans conges meme en travaillant si elle a des vacances elle ne pourra jamais vraiment se reposer.Comme tu dis l important cest de trouver le bon rythme et que toute la famille soit contente.

Répondre à Dinde De Toi Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *