La valeur de l’art

unbrindemaman © EM – La valeur de l’art.

Il y a quelques temps, j’ai commencé cette toile. Il reste encore énormément de travail ! Je dois encore modeler les couleurs, réchauffer le teint, intensifier le tout et retravailler l’expression du regard et aussi la bouche… Il reste une masse phénoménale de travail et à chaque fois que je dépose à nouveau le pinceau sur le tableau, j’ai peur de tout embrouiller et de gâcher le travail déjà accompli, alors je prends des photos régulièrement pour garder une trace des différentes étapes que nous traversons lui et moi. Ce tableau, je ne sais pas encore s’il sera réussi. Je ne sais pas encore si je vous en reparlerai. Je ne sais pas encore s’il ira dans la boutique ou non. Je sais encore moins à quel prix il pourrait partir si je l’y déposais. Mais la vraie question que je dois me poser, c’est « combien un tel travail peut-il valoir ? »

J’ose espérer que vous avez reconnu la reproduction de la jeune fille à la perle de Vermeer… J’aime particulièrement ce portrait et je prends beaucoup de plaisir à le fournir petit à petit. Je vous montre d’ailleurs les évolutions de temps à autre en story Instagram.

Il y a quelques jours, alors que ma toile comptait déjà quelques heures de travail, je suis tombée sur un excellent article d’une illustratrice talentueuse. Elle y explique notamment pourquoi les illustrateurs ne devraient pas avoir à modifier leurs prix en fonction de la durée de leur enracinement dans le métier. J’ai trouvé ses explications vraiment très pertinentes pour les jeunes illustrateurs.

Suite à la lecture de cet article, je vous avais fait une petite storie sur Instagram pour ajouter ma pierre à l’édifice et rappeler qu’il y a aussi une grande différence entre les termes « autodidacte » et « amateur ». L’amateur d’art, qui en pratique lui-même, peut être très doué sans même avoir mis les pieds en école d’art. Il peut donc être autodidacte et amateur d’art, mais sa pratique n’est pas pour autant amateur.

Je connais d’ailleurs beaucoup d’illustratrices qui n’ont jamais mis les pieds en école d’art et qui ont pourtant beaucoup de talent…

Pour ma part, vous êtes nombreuses à me demander en privé comment j’ai appris à dessiner et si je sors d’une école d’art. Je profite donc de ce billet pour répondre à toutes ces petites interrogations : j’ai toujours aimé dessiner et je pratique le « griffonnage » depuis que je sais tenir un crayon. Je n’ai donc jamais cessé de dessiner… surtout des portraits ! J’aime utiliser plusieurs médiums (cf. la catégorie dessin du blog et les articles du challenge des créateurs qui s’y trouve pour avoir un aperçu) et depuis peu, je m’essaye à la couleur avec l’acrylique pour un rendu plus « consistant » que ce que permet l’aquarelle.

Dans mon parcours, j’ai aussi traversé mes cinq chères années en école d’architecture durant lesquelles j’ai (aussi) reçu quelques cours d’art plastique. Ces cours m’ont permis de renforcer ma pratique du dessin d’espace, mais je pense pouvoir dire sans mal que j’étais déjà « autodidacte » avant d’intégrer l’école, dans le sens où j’avais un regard éclairé sur les différentes techniques et méthodes selon les rendus voulus, du moins pour ce qui était des portraits. Le dessin n’est donc pas une pratique que j’ai découvert à l’ENSA, je le pratiquais très régulièrement depuis bien des années et j’adorais déjà cela…

Vous le savez, le dessin, c’est aussi la pierre angulaire du eShop. Tout ce que j’y propose est fondé sur une base de dessin qui m’appartient, que j’ai pris des heures à penser, à dessiner et à mettre en forme.

Et puis finalement, c’est comme tout, il a fallu déposer un prix sur tout ce travail. Je vous avais déjà fait un article au sujet des prix du eShop, mais suite à l’article d’Elodie, j’ai pris conscience que j’avais encore quelque chose sur le cœur et que je n’avais pas tout exprimé.

Ce que je voudrais rajouter, c’est que je regarde mon travail avec beaucoup de modestie. J’ai toujours beaucoup d’appréhension lorsque je débute un dessin ou une toile. Je doute souvent/toujours de mes capacités à réussir le challenge. Je mets une partie de mon cœur et de mon âme dans tout ce que je dessine, mais souvent, j’ai ce fameux « syndrome de l’imposteur » qui s’empare de moi lorsque le rendu est sympathique, qui m’amène à penser que tout cela n’est que le fruit d’un heureux concours de circonstances qui a fait de moi une petite chanceuse à un moment donné…

Finalement, j’y mets un temps fou, je reçois des tonnes de bonnes ondes, des remarques positives, des félicitations et des encouragements pour continuer encore… mais parfois aussi, il faut le dire, il m’arrive de recevoir des remarques un peu tristes au sujet des prix auxquels je laisse partir ces petits bouts d’âme.

Ce qui m’attriste, ce n’est pas que quelqu’un fasse une remarque sur le prix en soi, car quelqu’un qui ne connaît pas les prix du marché peut vite se faire surprendre et je le conçois très bien ! Le plus triste pour moi, c’est la dévalorisation d’un travail qui n’est peut-être pas apprécié par un regard particulier, mais qui pourrait bien en intéresser un autre (alors même que la bourse de ce dernier ne suit pas).

Picasso, Portrait de Dora Maar (huile sur toile, 1937).

En clair, un client pourrait trouver le travail de Picasso affreusement laid, et pourtant… eh bien pourtant, la cote d’une toile de Picasso ne se privera pas pour autant de narguer la bourse du spectateur (qui n’y connaît peut-être rien en art d’ailleurs).

Attention ! Warning! Loin de moi l’idée de me comparer à Picasso ! Ce dont je suis en train de parler, c’est de sensibilité, d’histoire et aussi de notoriété, tout simplement.

Vous savez quoi ? En ce moment, je traîne dans des galeries d’art. Pour être tenu au courant de ce qui se fait, mais aussi pour comprendre ce qui fait que Picasso est Picasso. Vous savez de quoi je parle, n’est-ce pas ? Je vous parle du fameux syndrome Victor Hugo que je vous avais décrit dans un article. Le syndrome Victor Hugo, c’est peut-être ce qui explique qu’Eric Cantona a pu se permettre de publier son « carnet » aux éditions flammarion. Rien que ça…

Aperçu d’une double page du livre « Mon carnet », signé Eric Cantona.

Il faut bien se rendre à l’évidence : la valeur d’une chose ne tient pas seulement en la matière constituante de cette chose, mais elle tient davantage en l’histoire et en l’âme que véhicule cette chose.

Si demain, moi EM, je bouleversais l’histoire, mes petite toiles se vendraient à prix fort, même si elles ne valaient rien esthétiquement ou artistiquement parlant. Mais la personne que je suis et toute l’aura qui m’entourent donneraient un prestige à ces deux lettres. Mes initiales suffiraient alors à rendre un bout de papier inestimable. Ridicule, n’est-ce pas ?

Eh bien, cette « idolatrisation » des bouts d’âmes ne m’intéresse pas. Moi, ce que j’aime, c’est l’art, le vrai. Qu’il soit proposé par le fermier du bout de la rue qui pratique son art en autodidacte, ou par Jean Monet lui-même, si le rendu ne me plaît pas et que le tableau ne me procure pas d’émotion, alors il ne vaudra pas ce que le marché veut bien lui donner, à mes yeux. Mais quoi qu’il en soit, cela ne me donnera pas pour autant le droit de dénigrer le travail de l’artiste. Ce n’est pas parce que je n’aime pas quelque chose, que cette chose ne vaut rien.

Tous les artistes sont en quelque sorte amateurs d’art. Qu’ils aient été autodidactes ou non, ils ont tous commencé par pratiquer leur art en amateur avant de maîtriser leurs styles. Certains sont appréciés du grand public, d’autres sont décriés. Certains ne sont plus de ce monde et la moindre trace de leur production (réussie ou non) vaut une fortune. D’autres sont laissés aux oubliettes alors qu’ils ont pu produire de véritables chefs-d’œuvre…

Pour prétendre faire de l’art, il faut parvenir à communiquer et transmettre quelque chose, une émotion, un message, une histoire… Il faut réussir à faire réfléchir ou vibrer l’auditoire. Généralement, l’artiste utilise ses tripes et généralement encore, il y passe des heures (en amont pour réfléchir à la composition ; à la technique et aux médiums et/ou durant la réalisation de l’œuvre).

Pour être considéré dans ce milieu, il faut aussi entrer dans les cercles, savoir communiquer, être très audacieux (et avoir un minimum de talent…).

Moi, je dois être un peu démodée puisque le style plutôt classique, figé, bien rangé et calme de mes propositions n’est pas extrêmement prisé par le grand public de nos jours. Même si ce que je propose est apprécié, ce n’est pas vraiment un style « à la mode » que tout le monde voudrait accrocher dans son salon. Mais je préfère passer des heures à faire ce que j’aime plutôt que de forcer ma plume à dessiner des palmiers toute la journée parce que c’est ce qui se vend bien en ce moment…

Didon construisant Carthage
(la naissance de l’Empire Carthaginois)
1815 National Gallery, Londres, par Joseph Mallord William Turner.

Personnellement, je suis très touchée par les œuvres de William Turner. Elles me font voyager et elles me bouleversent bien plus que celles de Chanoir par exemple.

Cette œuvre de Chanoir intitulé Catchacha est estimée à 1700 €.

Comme quoi, l’art est quelque chose de vraiment très subjectif. C’est un métier difficile et très mal considéré.

Pour ce qui est des prix de la boutique en ligne, ils sont peut-être un peu chers aux yeux de certaines mais ce sont pourtant bien les prix du marché. De nos jours, la grande majeure partie des tableaux sont des impressions qui existent en milliers de tirage. Vous pourrez les trouver en Chine, en Espagne, jusque dans les chaumières de France…

Moi, je fais le choix de proposer des productions faites à la main. Elles sont uniques et même si j’accepte les négociations, je reste convaincue que casser les prix serait une dévaluation du travail, et cela n’aiderait d’ailleurs ni les autres artistes, ni l’auteur lui même… (=moi, dans mon cas…).

Bon, arrivée à ce stade de l’article, j’ai gardé les personnes qui me suivent et qui aiment mon travail, mais aussi les curieuses et les ultra critiques qui ont dû lever les yeux au ciel trois ou quatre fois en moins de cinq minutes de lecture. « … Non mais attends, elle a pas fait d’études d’art, elle sait même pas dessiner, enfin j’aime pas quoi… Et puis j’hallucine, elle vend ses petits dessins à prix fort alors qu’elle dessine en amateur, et en plus elle se prend pour une artiste… Non mais allo quoi… »

Bon les filles, je vous le dis directement, il faut arrêter de me suivre si vous ne supportez pas le moindre de mes faits et gestes. Moi je respecte mon travail, je crois en ce que je propose. Je sais que j’ai des compétences et même si je doute de mes capacités parfois, je reste aussi consciente que le temps, c’est de l’argent. Je le répète encore, en plus, cet argent-là particulièrement (de la boutique) ne retombe même pas dans mes caisses personnelles, mais bien dans les caisses de l’association (ce qui ne m’empêche pas de vendre d’autres toiles, par d’autre biais, à d’autres fins. Celles ci n’ont alors rien à faire dans la boutique).

Mais qu’importe, même si je regarde mon travail avec critique et modestie, je reste ambitieuse, parce que je sais que le travail finit toujours par payer. Je ne sais pas si je peux dire que je suis artiste. Je n’en sais rien. Je n’ai pas la prétention de me dire artiste. Je suis architecte et j’aime l’art, j’en pratique moi-même, tout simplement. Si cela plaît, tant mieux, sinon tant pis. Et si cela plaît et que les âmes qui sont sensibles à ce que je propose ont la volonté et la possibilité d’aller jusqu’à s’offrir ou offrir mes toiles, alors c’est le top pour moi. D’abord parce que cela me fait terriblement plaisir de me dire que ce que je fais termine sur les murs des gens, mais aussi parce que cela permettrait à mes projets d’avancer.

Je n’ai pas la notoriété d’Eric Cantona, de M. Chat ou de Chanoir… mais je n’aime pas moins l’art qu’eux. Pourtant eux, ils ont indéniablement un grade d’artiste aux yeux de la société. Alors, est-ce que la société voudra un jour faire de moi une artiste légitime ? Sera-ce le prix de ma notoriété ? De mes connaissances ? Ou de mon travail ? Quoi qu’il en soit, je m’en fiche un peu, tout ceci n’est qu’un détail. Moi je m’amuse et je continue sur mon chemin.

Etape de reproduction de la jeune fille à la perle de Vermeer par mes soins.

Cet article, je l’écris pour dire que j’aime ce que je fait, que je respecte mon propre travail et que je n’ai aucune prétention vis-à-vis de ma position dans le vaste milieu artistique. Je l’écris aussi pour rappeler aux regards insatisfaits, moqueurs ou désapprobateurs, que l’art est subjectif et que j’ai bien le droit de mettre en vente mon travail au même titre que n’importe qui d’autre, à un prix correct et honnête.

Je crois que le monde ferme les yeux sur la mondialisation et toute les attentes et incompréhensions que cela entraîne à de plus petites échelles (en terme de prix ; je pense aux stylistes, aux créatrices, aux artistes,etc.). Mais pour traiter cette question qui est directement liée au sujet du jour, un article entier serait nécessaire…

EM.

J’espère que cet article vous aura intéressées. Si une toile vous intéresse, n’hésitez pas à venir négocier le prix avec moi en privé si cela vous semble trop élevé. Je ne mords pas ! (Je peux retirer le cadre, être indulgente et compréhensive suivant vos histoires, vos remarques et vos arguments.) Mais de grâce, n’allez tout de même pas imaginer que je peux laisser partir 4, 8, ou 30 heures de travail pour 5 euros… Un peu de bon sens.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ce contenu a été publié dans Dessin, Mumpreneuse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à La valeur de l’art

  1. Sehria dit :

    Ah je me suis dis que cela faisait bien longtemps que je ne t’avais pas lu … Quelle excellente idée j’ai eu 😍.
    J’adore ton tableau de la Jeune fille à la perle … Je me demande si je n’ai pas gardé le livre pour cela … Bref, j’aime beaucoup en apprendre un peu plus sur toi et ton parcours, et je suis ravie de voir que tu t’epanouies dans cette nouvelle voie !

    Bien à toi et belle route E.

    Sehria

    • EM dit :

      Ah Sehria ! Un grand merci à toi d’être passée par ici 🙂 Merci beaucoup, c’est toujours un plaisir pour moi aussi de te lire, d’ailleurs il faut aussi que je passe par chez toi 😉
      Merci beaucoup et à bientôt :*
      EM.

  2. Je suis admirative de ton travail! Niveau dessin, je suis niveau maternelle (toute petite section !) et mon fils a hérité du gène !!! J’ai galéré en cours de dessin au collège, de cartographie à la fac, j’ai fait pleurer une prof et les autres m’ont mise dehors!
    Je pense que les critiques d’art ont plus de facilités à critiquer qu’à dessiner!!
    Continue à dessiner car c’est très beau!
    Bisous EM

    • EM dit :

      Faire pleurer une prof ! Wow ! Haha XD Merci beaucoup pour tous tes encouragements c’est adorable. Merci, vraiment.
      Gros bisous et à très bientôt 🙂

  3. Ce tableau est magnifique ! J’avais bien évidemment reconnu l’original ! Tu as vraiment du talent ! Et tu fais bien de faire ce que toi tu aimes, avec ton coeur, plutôt que de suivre les tendances « à la mode » !
    A bientôt,
    Charlotte.

  4. Paty dit :

    Cc EM,
    M D R !!!!!!!!!!!!!!
    Alors, là, tu poses les vrais questions de ce monde de fous, où l’on accorde plus de valeur à quelque chose parce qu’il a « une marque », quelle qu’elle soit (notoriété, marque déposée, tendance, etc) 😉
    Et si tu es « amateur », tu dois être content(e) que l’on daigne s’intéresser à ce que tu fais … Et si tu le vends, contente toi du prix que l’on consent à t’en donner ! Non mais, faut pas se prendre non plus pour un « petit dieu » sorti de la cuisse de Jupiter !!!!!!
    Bravo pour cette analyse que je partage à 100%. Bravo pour ce petit « coup de gueule » tout en douceur, qui te ressemble bien. Bravo pour ton joli « coup de crayon » qui me plaît beaucoup à moi 😀
    Continue à suivre ton chemin, EM, moi j’aime beaucoup ton petit santier que je suis avec délice 🙂
    Bisous et bon dimanche 😀

    • EM dit :

      Paty ! Haha ! J’ai pensée à toi sur la fin de l’article ! Tu fais un beau travail très méticuleux et long à réaliser. J’ai déjà lu certaines de tes remarques très pertinentes sur ta page Facebook au sujet du temps, de l’amour et de l’implication des créatrices comme toi misent en face de problématiques de prix (ton regard sur les promotions/soldes est très intéressant et très juste !).
      Mille mercis en tout cas pour tout ton soutient 😀
      A très bientôt,
      Bisous,
      EM.

  5. Je trouve ton article très pertinent. Tu es la seule à pouvoir juger de la valeur de ton travail. Il y a des heures de travail derrière chaque oeuvre et toi seule peut effectuer le calcul du coût. J’ai une grande amie qui fait des illustrations et des bijoux et je sais à quelle point ces activités sont chronophages.
    Garde confiance en ta valeur artistique et ton talent, tu es très douée !

  6. petite étoile*** dit :

    Ce tableau est magnifique franchement c’est très beau bravo! Tu es sans aucun doute une grande artiste et pas une fois je n’ai pensé que les prix étaient trop élevés ! Vraiment continue sur cette voie avec la passion qui t’animes on voit bien la passion dans tes dessins ça c’est sûr! hâte de voir d’autres de tes oeuvres

  7. Pachamaman dit :

    Quel joli tableau ! J’aimerais moi-même apprendre à peindre, mais ça fait bien longtemps que je ne dessine plus, il faudrait que je m’y remette petit à petit je pense… ^^
    To be an artist or not to be ? Hehe… les questions existentielles 🙂 on est ce que on pense être, on est ce que les autres pensent qu’on est, bref on est tant de choses ! Et tu es sûrement une artiste aux yeux de tous !
    Bises

  8. Maman était une autodidacte, peignait et aimait la peinture. Je ne suis pas formée à cette technique mais j’aime admirer les toiles, le travail des autres. Bien sur j’ai mes préférences. J’aime bien les aquarelles. Ton tableau m’a plu même pas terminé. Il semblerait que les prix des tableaux ne soient pas forcément connus de tout un chacun.
    Maintenant qu’elle nous a quitté, ces tableaux ont encore plus de valeur à mes yeux. Je ne parle pas de valeurs prix mais de valeur sentimentale. Chez moi, la médiathèque m’a même proposé d’organiser une présentation de ces peintures. Mais je ne suis pas encore prête à les prêter. Cela fera certainement, prochainement un #Jeannebavarde
    Elle nous a transmis un certain besoin de créer, de renouveler les choses….. Je te donne rendez vous Mercredi soir 27/02 pour un #Jeannebavarde, je vais parler d’Un brin de Maman…….

  9. Justine dit :

    Coucou ma gentille Em, je tiens à te dire que cet article m’a beaucoup touché. J’aimerais te rassurer du mieux que possible… Sache que OUI tu es légitime, OUI tu es une artiste et oui, l’art est subjectif… C’est comme la notion de beau, ou de bête tiens, ça dépend du regard de l’autre. Et tous les regards sont différents. Certains peuvent être bouleversés par ton oeuvre, parce qu’ils se sentent proches de ton univers ou se reconnaissent parfois, et d’autres trouveront ça franchement moyen. Ca ne veut pas dire que c’est franchement moyen, ou que c’est extraordinaire, en fait c’est juste toi, ton coeur et tes tripes, justement. Dis-toi que je me suis posé les mêmes questions quand j’ai commencé à dessiner il y a… 1 ou 2 mois ? Et pourtant je me suis dit que si j’avais envie d’être une artiste alors j’avais le droit de penser que je suis une artiste, parce que je crois qu’un artiste, c’est surtout quelqu’un qui transmets des émotions à travers un art : la photo, l’écriture, le dessin, la musique, la vidéo… Tu dessines, tu peins et tu écris, c’est merveilleux ! Et ça depuis un moment à ce que je vois… Oui tu es une artiste. En ce qui concernent les prix, tu n’as pas à te poser de question, si tu ressens qu’une création vaut tant, c’est qu’elle vaut tant, c’est toi qui l’a faite, c’est toi qui sais. Je t’invite à aller regarder une vidéo de Solange te parle qui aborde ce sujet. Elle s’appelle : « que vaut une vidéo de Solange te parle ? » je pense qu’elle pourra te rassurer.
    Gros bisou <3

  10. Dinde De Toi dit :

    Personnellement (avis 100% subjectif) je refuserais de négocier, point barre. Le prix que tu as fixé est juste par rapport aux nombres d’heures de travail et tu ne devrais pas le faire moins cher juste parce que quelqu’un te le demande pour une raison qui est probablement bidon.
    Une fois un couple m’a demandé un rabais parce que « nous sommes sympas » (avec un sourire bien forcé). Non seulement c’est NON mais en plus ça clignote tout de suite rouge dans ma tête, en mode tiens voilà des pinailleurs. Si le prix ne convient pas il suffit d’aller acheter ailleurs.
    Ton portrait de la jeune fille à la perle est magnifique 😍.
    Laisse les mauvaises langues de côté, quoique tu fasses il y en aura toujours pour râler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *