#RDVdesmots – Un point jaune en soleil

unbrindemaman © EM – Un point jaune en soleil

« Certains peintres transforment le soleil en un point jaune ; d’autres transforment un point jaune en soleil »

Pablo Picasso

Il fait beau, il fait bon, un peu froid encore mais le soleil a enfin pointé le bout de son nez. Les oiseaux chantent, le ciel est bleu et les cris joyeux des enfants traversent les murs et résonnent depuis les cours de récréation jusqu’au cœur des chaumières et de leurs habitants. Il est venu le temps des lumières rasantes, des joues glacées et des petits nez qui se réchauffent. Il est venu le temps de chasser tout le gris et l’ennui… Il est venu ce temps des jeux avec la poussière volatile qui se cachait dans les rayons de lumière. Il est venu le temps des jours heureux.

J’espère que vous avez passé une merveilleuse journée ! Quelle que soit votre réponse, je vous souhaite d’en passer de plus belles encore, jour après jour, tout en espérant que le soleil continue de nous accompagner.

EM.

J’espère que ma très courte proposition vous aura tout de même plu. N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire. (Ou à participer en proposant une interprétation pour les plus audacieuses.)

Pour retrouver la banque de citations déjà traitées, accompagnée des règles du jeu du #RDVdesmots, c’est par ici

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans #RDVdesmots | 11 commentaires

Il est où le bonheur ? (Résultats concours !)

unbrindemaman © EM – Il est où le bonheur ? ( + Résultats concours !)

Bonjour… bonsoir ! Pfiou, je suis en retard !

Aujourd’hui, j’ai clôturé le concours pour les 1 an du blog à 20 h comme prévu, puis j’ai été très prise ! #TmtcSiTesMaman.

20 h, ce n’était peut-être pas le meilleur horaire pour pouvoir prendre le temps d’effectuer le tirage au sort et d’y ajouter un petit mot afin de vous transmettre le nom de la gagnante du tote-bag…

Cette semaine a une fois de plus filé à une vitesse folle, à tel point que je n’ai pas trouvé le temps de vous écrire de rendez-vous des mots, ni quelque autre billet que ce soit. J’avais pourtant plusieurs articles en tête… Je voulais notamment vous parler de bonheur.

Cette semaine, ce n’était pas la grande forme pour moi. Un peu de déprime, de la fatigue, une baisse de moral et une petite tristesse un peu inexplicable. Peut-être était-ce dû au mauvais temps ? Ou bien plus simplement au fait que ma maman me manquait un peu, sauf que pendant que j’avais viscéralement envie de l’étreindre, elle se trouvait à plusieurs kilomètres de moi… Eh oui, j’ai un  scoop ! Même dans leur famille avec mari, enfants formidables et tout l’amour du monde, les mamans ont toujours elles-mêmes besoin de leur maman parfois… La vie est ainsi faite.

Puis j’ai lancé le concours pour fêter la première année de blog et vous avez été formidables. Vos mots et vos nombreux partages m’ont réchauffé le cœur. Vous avez été très nombreuses à participer sur différents réseaux, 35 brindilles au total. Grâce à vos partages, j’ai rencontré beaucoup de nouvelles personnes, dont une auteure formidable et une artiste pleine de talent… Toutes ces nouvelles rencontres m’ont redonné le sourire et m’ont inspiré de nouvelles choses.

J’aspire à encore beaucoup de créations, de partages, d’écriture et d’art pour cette nouvelle année de blogging ! Merci à vous toutes.

Pour finir cette semaine en beauté, je voulais rapidement compenser le manque de rendez-vous des mots avec une très belle citation sur le thème du bonheur, que j’ai vu passer sur le compte Instagram de Lespiapiasdeséverine :

« Le bonheur, c’est tout petit.
Si petit que, parfois, on ne le voit pas.
Alors on le cherche, on le cherche partout.
Il est là dans l’arbre qui chante dans le vent.
Dans le regard de l’enfant.
Le pain que l’on rompt et que l’on partage.
La main que l’on tend.

Le bonheur, c’est tout petit.
Si petit, parfois, qu’on ne le voit pas.
Il ne se cache pas, c’est là son secret.
Il est là, tout près de nous, et parfois en nous.
Le bonheur, c’est tout petit.
Petit comme nos yeux pleins de lumière.
Et comme nos cœurs pleins d’amour ! »

Cet extrait est attribué à Mère Teresa, mais je me demande s’il n’y aurait pas une base d’inspiration assumée, tirée d’un poème de Maurice Carême.

Alors il est où le bonheur ? Dans le moment présent, dans des choses simples… Alors étreignons nos enfants comme nous aurions envie de le faire s’ils étaient aussi loin que nos parents, regardons les vivre et grandir sous nos yeux… Finalement, il est là le bonheur, un peu partout, tout autour de nous. Il faut juste être assez conscient pour le voir et y goûter pleinement.

J’ose d’ailleurs espérer que le bonheur peut aussi se cacher dans un tote-bag… J’espère du moins que c’est ce que ressentira la gagnante en le recevant chez elle…

J’ai donc le bonheur d’offrir le tote-bag à la gagnante du concours qui est :

Colette Morel

Mon tableau Excel a parlé ! Félicitations à elle ! Et je le répète encore, merci à vous toutes de m’avoir apporté du bonheur en cette semaine grise et un peu difficile.

Merci à toutes et à très vite !

PS : Pour les intéressées, le tote-bag en question est toujours disponible en vente dans le eShop (et il y a plein d’autres merveilles à aller découvrir…).

EM.

Bisous, et à très vite !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans #RDVdesmots, Concours, Infoblog | 23 commentaires

Concours – Fêtons les 1 an du blog !

unbrindemaman © EM – Un brin de maman a 1 an !

Comme cela m’a très gentiment été demandé sur Instagram, j’ouvre un petit concours pour fêter les 1 an du blog. Pour cette occasion, j’ai choisi le tote-bag qui est disponible en vente sur le eShop avec notre poulette emblématique.

Ce tote-bag a le label OekoTex® qui est le premier label qui garantit les qualités humano-écologiques des textiles.

Pensez à la planète et dites adieu aux sacs plastiques !

Pour fêter cette première année de blogging qui s’est très bien déroulée, j’ai le plaisir d’offrir ce joli sac en tissu à la chanceuse qui sera tirée au sort ce dimanche 10 février, suite à la fermeture du concours ce même dimanche à 20 h (les résultats seront annoncés dans les minutes qui suivent).

Ce concours est ouvert à la France métropolitaine et à la Belgique.

Pour m’indiquer votre volonté de participer, il vous suffit de laisser un commentaire ici sur le blog, ou bien sur Instagram, ou encore sur Twitter, ou même directement sur Facebook…

Si vous partagez ce concours sur vos réseaux (en republiant l’info ou en mentionnant quelqu’un), cela aura l’avantage de faire découvrir le blog et la boutique à un plus grand nombre de personnes. Pour cette raison, je vous serais très reconnaissante, tout simplement.

Merci encore à vous toutes pour cette super année !

A vos claviers ! 🙂

EM.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Concours | 6 commentaires

Un an plus tard… un brin de maman est toujours là !

unbrindemaman © EM – Un an plus tard… un brin de maman est toujours là !

Un an de blogging ça se fête, non ?

Aujourd’hui, j’ai voulu vous écrire un article tout court pour souffler ensemble cette première bougie. Notre blog a tenu la route 1 an ! Et je lui souhaite de tenir encore un moment.

Au travers de ce blog, nous avons déjà développé ensemble vingt-trois #RDVdesmots ! En un an, un brin de maman ne compte pas moins de 130 articles à son actif. Grâce à nos nombreux rendez-vous par semaine, nous avons échangé 2037 commentaires ! C’est probablement ce qui fait ma plus grande fierté : la qualité des commentaires du blog. Je pense aussi aux liens très forts que nous avons tissés ensemble. Il y a peut-être plus de 2000 commentaires ici, directement sur le blog, mais il y a aussi eu énormément d’échanges en privé et ça, c’est à la fois touchant et très riche pour moi.

Parlons statistiques, pour garder une trace de l’évolution du blog à travers le temps…

J’ai deux systèmes de recensements indépendants : l’un m’indique que le blog a connu plus de 13300 vues depuis ses débuts, tandis que l’autre m’indique plus de 19500 vues !

Pas très précis… Nous dirons donc que le blog a connu environ 15000 vues en 12 mois. Cela me réjouit beaucoup, mais ce qui me réjouit encore plus, c’est l’éventail d’articles différents qui est passé en revue chaque jour.

Pour ce qui est de la boutique, elle n’a que quatre mois et elle compte déjà quelques ventes, assez peu, c’est vrai… Le eShop, c’est aussi 1145 vues et beaucoup d’encouragements… Bon, soyons honnête, c’est un projet qui a été très attendu, qui a attisé beaucoup de curiosités, mais qui a finalement profité d’assez peu de partages. J’allais dire que l’engouement du début avait dû avoir le temps de retomber le temps que je termine de tout ficeler, mais finalement je ne suis pas certaines que le moindre bouche-à-oreille ne se soit même profilé. Mais je reste positive, parce que c’est un projet qui me tient à cœur et que je mène avec mon cœur. Il continue d’attirer les regards de part et d’autres, quelques petites ventes ont tout de même lieu de temps à autres, et cela a le mérite de mettre mon travail en lumière, alors merci à toutes celles qui soutiennent ce projet de quelque manière que ce soit. Ce qui est certain, c’est que le eShop a toute sa place en parallèle du blog, il se développe petit à petit et attend toujours de surprendre de nouvelles arrivantes. Je ne me mets pas de pression à ce sujet et je continue ma petite route avec plaisir et passion, comme toujours.

Je voudrais terminer ce « petit » article avec des remerciements. D’abord, merci à ma famille et mon entourage proche qui me lit régulièrement, qui me soutient avec plaisir et qui me donne des avis constructifs sur tout ce que je partage « au grand public ».

Ensuite, je voudrais remercier chaleureusement toutes les fidèles brindilles qui me lisent et qui échangent régulièrement avec moi. Mille mercis, car ce sont nos échanges réguliers et la qualité de ces derniers qui me poussent à écrire encore et encore. (Applaudissements et larmichette.)

Enfin, j’aimerais adresser un merci particulier. Merci à toi, lectrice de l’ombre, toi qui es tombée par hasard sur mon blog. Merci à toi, qui commence par lire un article et qui termine par passer en revue cinq ou dix rendez-vous des mots dans la foulée, par plaisir, simplement parce que tu te plais bien ici. Merci beaucoup, même si tu ne laisses pas de commentaire. Merci à toi et bienvenue, tu es ici chez toi. Installe-toi, n’hésite pas à t’abonner pour ne pas perdre le chemin qui mène à cet espace libre et riche en échanges et réflexions.

Alors une bougie de soufflée… qu’est ce que ça me fait ? Pfiou ! Il en a pris de la place dans mon quotidien, ce blog ! Et je l’aime !

Fêter une belle première année, c’est toujours très émouvant…

Avant de commencer à bloguer, j’avais lu un jour que la première bougie d’un blog était déterminante pour sa postérité. Eh bien, voyons voir ce que l’avenir nous réserve… En tout cas, une année est passée et je suis toujours là.

Merci à vous toutes. 🙂

EM.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Infoblog | 22 commentaires

Tarte aux citrons

unbrindemaman © EM – Tarte aux citrons.

Bonjour à toutes, j’espère que vous avez passé un bon et beau dimanche. Ici, c’était un dimanche tout simple, au chaud, en famille, bien emmitouflée parce que la neige nous a fait la surprise de revenir de plus belle !

Il y a quelques jours, le soleil était pourtant bien là, et il m’avait d’ailleurs permis de prendre une photo en accord avec le sujet de l’article du jour : la recette d’une délicieuse tarte aux citrons toute simple.

La photo le démontre bien, je ne suis pas pâtissière professionnelle. Je fais mes petits desserts pour le plaisir… Ceci dit, même si ma tarte n’est pas très belle, je vous assure qu’elle est délicieuse !

C’est parti pour la recette en deux temps :

Pour la pâte sablée express (que je vous ai déjà présentée mais que je remets ici) :

  • Préchauffez votre four à 180°C.
  • Mélangez 70 g de beurre mou + 1 jaune d’œuf + 50 g de sucre + 125 g de farine.
  • Vous obtenez une pâte que vous finissez par mettre en boule à la main.
  • Dans un plat à tarte recouvert de papier sulfurisé, étalez votre pâte (en ajoutant un petit peu de farine si cette étape est difficile).
  • Direction le four jusqu’au « brunissage » de la pâte (environ 15/20 minutes avec mon four sous surveillance. Je précise que je ne pique pas ma pâte et qu’elle ne repose pas avant cuisson).
  • Votre pâte sablée express est prête à l’emploi ! Laissez-la refroidir.

Pour la garniture :

  • Dans un saladier, mélangez bien 3 œufs entiers + 120 g de sucre en poudre + 10 g de maïzena.
  • Dans une casserole, pressez le jus de 3 gros citrons et faites-le chauffer.
  • Une fois le jus de citron chaud prêt, incorporez-le au mélange qui se trouve dans le saladier.
  • Mélangez bien.
  • Remettez le tout dans votre casserole et laissez chauffer à feu moyen tout en fouettant votre mélange très régulièrement.
  • Lorsque votre garniture s’épaissit, vous pouvez la retirer du feu.
  • Ajoutez-y 80 g de beurre doux (que vous aurez préalablement laissé à température ambiante) coupé en morceaux.
  • Fouettez bien pour laisser le temps aux morceaux de beurre de fondre et de s’incorporer à la crème au citron.
  • Versez votre garniture sur votre pâte sablée. (Lissez bien.)
  • Laissez votre plat au frigo pendant au moins 2 h avant de déguster froid.

C’est prêt !

Pour ma part, je n’avais pas de cercle à tarte, ni de rouleau sous la main… Alors j’ai simplement utilisé un plat rectangulaire recouvert de papier sulfurisé et j’ai aplati ma pâte à la paume de la main. Vous comprenez peut-être mieux pourquoi ma tarte à cette tête. Mais la forme n’enlève rien au goût ! Si vous aimez le citrons, cette tarte est faite pour vous.

Elle est simple à réaliser et vraiment très bonne. Voilà, j’espère vous avoir apporté un peu de soleil par le biais de cette recette.

EM.

Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel article.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Miam | 16 commentaires

#RDVdesmots – Le fond de mon identité

unbrindemaman © EM – #RDVdesmots – Le fond de mon identité.

 

« Le fond de mon identité, c’est l’humanité toute entière. »
Roland Poupon

Saviez-vous que j’avais fait de l’équitation durant deux années consécutives ? Enfin, j’ai surtout monté des poneys, mais aussi un cheval une fois… C’était formidable et c’était il y a une dizaine d’années, avec l’école.

Qui de mes amies proches d’aujourd’hui le sait vraiment ? Et quant à vous, amies virtuelles ? Connaître cette information à mon sujet a-t-il changé quelque chose à la perception que vous aviez de moi ?

Non ? Pourtant, cette expérience fait partie de mon histoire et elle a forcément eu un impact sur moi. Aujourd’hui, passer devant des chevaux, des poneys ou des ânes contraints de tourner autour d’un poteau à longueur de journée pour amuser la galerie les jours de fête foraine, me fend le cœur. Cette image peut me coller à la peau et me mettre mal à l’aise pendant un long moment avant de reprendre mes esprits et retrouver le sourire.

Si je m’arrêtais là, et que je ne faisais passer aucun message supplémentaire concernant le bien-être des animaux, vous pourriez penser que je raconte simplement ma vie. Cela aurait assez peu d’importance au fond, car cette anecdote à mon sujet n’est qu’une petite pièce du puzzle bien plus large qui compose ma personne.

Ce que je veux dire par là, c’est qu’au-delà de toutes les questions de génétique engendrée par les liens du sang qui font notre première identité fondamentale, il existe d’innombrables détails, des histoires, des sensations, des expériences, des échecs et des réussites, qui nous forgent et qui complètent notre identité propre.

Personne d’autre que nous-mêmes les connaît vraiment tous, car nous, nous les avons vécus en vrai, et qu’ils sont dans notre mémoire. Je pourrais donc passer ma vie à vous parler de moi (ce qui n’est pas l’objectif de mon blog) sans que vous ne me connaissiez vraiment.

Le blog a bientôt un an et j’ai le sentiment de vous avoir dit très peu de choses à mon sujet. Pourtant, par la force des choses, vous avez fini par connaître les grandes lignes de mon puzzle.

Vous ne connaissez pas mon nom, ni mon prénom. Il y a bien ma famille, mes sœurs qui me lisent régulièrement, et une bonne amie d’enfance, qui connaissent ces informations… Sinon, ici je suis EM, juste ça. Des initiales qui pensent et qui écrivent, des idées, des réflexions… et qui aiment échanger avec vous.

Vous savez que je suis une femme, que j’ai une vingtaine d’années, que je suis mariée, que j’ai un époux et que nous avons eu des jumeaux. Que nous avons la chance d’avoir notre choupette auprès de nous et que notre fils, lui, nous attend au Paradis.

Vous savez que j’ai la foi, que je suis une personne simple mais réfléchie, qui cherche toujours à faire la différence entre le bien et le mal, pour le bien de tous.

Vous savez que j’aime écrire, que j’aime réfléchir, me remettre en question et débattre. Vous savez que j’aime les travaux manuels et que j’aime dessiner. Vous savez que j’ai beaucoup travaillé pour gagner le droit d’exercer la profession de mes rêves : l’architecture.

Vous savez aussi que j’ai mis ma carrière en pause pour profiter de ces belles années auprès de ma vie, ma fille. M’occuper d’elle, l’accompagner et la voir grandir pour profiter pleinement des rayons de bonheur qu’elle déverse sur nous.

Vous savez, puisque nous avons monté ce projet ensemble, que nous avons pensé une association combinée à une boutique en ligne dans laquelle je vends mes petites peintures et autres créations.

Vous savez que je suis attentive, sensible et à l’écoute, très ouverte d’esprit et que j’aime échanger et débattre sans jugement, sans prétention aucune. Vous savez que la violence m’insupporte, que je déteste l’injustice, l’arrogance, la fermeture d’esprit, la méchanceté. J’aime les personnes honnêtes et gentilles, qui vivent leur vie au calme et qui ne demandent rien de plus que d’être bien dans leur cocon. J’aime recevoir le bonheur et je fais tout pour en donner, avec le sourire, au quotidien.

Et si vous me lisez régulièrement, vous savez des tas d’autres petites choses à mon sujet. Ce sont des petites pièces de mon puzzle que « j’offre » surtout pour appuyer mon propos et soutenir mes idées.

Cette distance, que j’ai volontairement choisie de prendre, est finalement très importante pour moi. Elle me donne une sensation de liberté. Alors que beaucoup de personnes pensent qu’internet est un lieu où ils peuvent décharger leur haine, car ils sont protégés par leur anonymat, mon anonymat à moi, ici, n’a rien à voir. EM reste pleinement en accord avec mes valeurs et la personne que je suis réellement.

Alors pourquoi ne pas montrer mon visage, me direz-vous ? Pourquoi ne pas vous dire mon nom ? (Ces questions m’ont déjà été posées de nombreuses fois…) Facebook lui-même a cherché, un jour, à connaître mon identité pour authentifier mon compte…

Je ne suis pas prête à le faire pour le moment, et pour plusieurs raisons :

J’aurais trop peur de perdre cette liberté d’expression. Peur d’avoir une retenue inconsciente sur les thèmes que je voudrais aborder. Peur des a priori… Je parle ici de l’impact que peuvent avoir les phénomènes d’appartenance naturelle qui nous régissent :

  • « Tu me ressembles, alors je t’aime bien. » (intérêt/complaisance)
  • « Tu ne me ressembles pas, alors je ne t’aime pas. » (dégoût/rejet)
  • « Tu ne me ressembles pas, mais j’aimerais être comme toi.» (envie/comparaison)
  • « Tu ne me ressembles pas, et j’aimerais éviter d’être comme toi. » (curiosité/voyeurisme)

Vous le savez, le blog est loin de ne parler que de maternité… Ce que je voudrais, c’est que mon blog ne soit pas teinté, pour que tout le monde s’y sente bien et que la neutralité permette à chaque individualité de se sentir concernée par les sujets que nous développons ensemble ici. Vous êtes légitimes autant que moi, parce que nous sommes citoyennes du monde et que les sujets que nous traitons ici, nous les connaissons toutes, de prêt ou de loin.

Ici, j’ai le temps d’écrire et de développer mes idées, c’est une chance pour moi d’être lue, et d’être entendue, car c’est quelque chose que nous avons rarement le temps de faire pleinement dans la vraie vie. Finalement, il se pourrait même que vous en sachiez beaucoup plus sur le fond de ma pensée, celle-là même qui forge mon identité profonde, qu’une grande partie des rencontres que j’ai pu faire dans ma vie, qui connaissaient pourtant mon visage et mon nom.

Parfois, je me demande… et si le blog prenais de l’ampleur ? Et si me montrer pouvait donner un coup de pouce à l’association, pour faire connaître mes projets ? Et puis je me ravise. Pour le moment, je reste sur ma lancée et je cultive mon anonymat, parce que ce blog est à vous et moi. Il fonctionne très bien comme cela et mon enveloppe physique n’apporterait rien de plus à la compréhension de ce que mon cœur a à offrir.

Tout ce que vous devez savoir de plus à mon sujet, c’est que le fond de mon identité, c’est l’humanité toute entière, et c’est d’ailleurs ce qui nous rapproche au fond. Avec le temps, je le ressens vraiment, je me suis attachée à chacune d’entre vous, alors merci.

Merci infiniment de me lire et de continuer chaque semaine à échanger avec moi en privé ou en commentaire. Merci, et bienvenue aussi à toutes les nouvelles lectrices qui nous rejoignent un peu chaque jour.

EM.

PS : Rassurez-vous, je ne suis pas un cheval. La photo était juste trop belle et je voulais l’utiliser. ^^

A vous de me décrire les grandes lignes de votre puzzle en commentaire, si le cœur vous en dit,  sans avoir à vous mettre à nu pour autant.

Et dites-moi, par curiosité, suivre un blog tenu anonymement vous dérange-t-il vraiment ?

Pour retrouver les règles du jeu de notre rendez-vous hebdomadaire et lire ou relire les anciens #RDVdesmots, c’est par ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans #RDVdesmots, Infoblog | 30 commentaires

Maux de grossesse : maladie ou comédie ?

unbrindemaman © EM – Pensées farfelues : les mille-pattes (2).

Nous revoilà pour ce nouveau numéro des pensées farfelues accompagné, pour cette fois, de notre future maman à la grossesse atypique hexa-chorial, hexa-amniotique. Et lorsque notre mille-pattes préféré rencontre une araignée aux pattes fines de type pholque phalangide, voilà donc ce qui arrive…

 

« Han, non mais attends… Eh, la grossesse, c’est pas une maladie hein… »

Voilà une phrase récurrente qui est spécifiquement répandue chez les femmes ayant eu des grossesses avec peu ou pas de symptômes marqués, ou pire, dans la bouche de médecins qui ne prennent pas ces douleurs au sérieux !

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler des maux de grossesse. Les douleurs liées à la grossesse, il y en a des tas de possibles ! Sauf que comme nous ne sommes pas tous égaux face à la douleurs et que par dessus cela, la nature distribue ses cartons rouges comme bon lui semble… cela laisse place à des incompréhensions de la part de certains qui ne parviennent pas forcément à se projeter à la place de celles qui souffrent vraiment.

D’après le CNRTL :

  • MALADIE, subst. fém.
  1. [Chez l’homme] Altération de l’état de santé se manifestant par un ensemble de signes et de symptômes perceptibles directement ou non, correspondant à des troubles généraux ou localisés, fonctionnels ou lésionnels, dus à des causes internes ou externes et comportant une évolution.

Si vous êtes enceinte, voilà les maux les plus fréquents que vous pourriez avoir à subir malgré vous (à l’unité ou en pack, à des moments précis ou durant toute la durée de votre grossesse (sans interruption…)) :

  • Des nausées : vous avez envie de vomir à longueur de temps.
  • Des vomissements : vos nausées sont si fortes que vous terminez par vomir. Vous ne pouvez plus rien avaler.
  • Des remontés acides : entre deux vomissements, vous gardez des brûlures à la gorge et à l’estomac.
  • Une fatigue harassante : vos yeux se ferment tous seuls et vous avez besoin de plusieurs siestes par jour pour récupérer, sans quoi vous êtes tout bonnement HS.
  • Des insomnies : vous vous endormez par tranche de trente minutes à une heure… pas beaucoup plus de trois heures au total par nuit.
  • Le syndrome des jambes sans repos : vos jambes sont lourdes et elles fourmillent sans arrêt au repos. Vous ressentez des petites décharges si vous ne les bougez pas très régulièrement. (C’est typiquement ce que notre pholque phalangide risque de ne jamais ressentir comme symptôme, étant donné qu’elle a déjà toujours les pattes en l’air… et tant mieux pour elle d’ailleurs.)
  • Les maux de tête : de petites migraines insupportables vous accompagnent au quotidien.
  • Les émotions toutes chamboulées : vos hormones font la fête et vous pouvez vous mettre à pleurer pour un rien. Vos réactions sont exagérées, vous devenez hyper-sensible et vous peinez à vous reconnaître dans certaines circonstances.
  • Bonjour constipation…
  • Les maux de dos : vous ne pouvez plus dormir comme bon vous semble en raison de votre ventre qui devient lourd et imposant. De jour comme de nuit, votre dos se met à vous faire vraiment souffrir.
  • Les douleurs ligamentaires et pelviennes : Aïe ! Voilà de douloureuses décharges qui irradient votre bas ventre sans prévenir. (Si vous vous apprêtez à devenir primipare, vous pensez à chaque fois que ces atroces douleurs sont des contractions et que vous allez bientôt accoucher (c’est parce que vous ne savez pas encore ce qui vous attend ; les contractions déclenchent de toutes autres douleurs bien plus puissantes en terme d’intensité (et de douleurs !))).
  • Les douleurs aux muscles et aux articulations : la lactation se met en place et c’est très douloureux… Quant à vos genoux, ils n’ont pas vu venir les 12 kg en neuf mois et ils vous le font savoir.
  • La mémoire de poisson rouge : vos pertes de mémoire et votre tête en l’air deviennent vraiment handicapants au quotidien.
  • La peau qui tiraille, qui s’étire, qui chatouille et qui gratouille à longueur de temps.
  • La micro vessie pour des pipi room à répétitions.
  • Les maux de dents. Ils sont fréquents chez la femme enceinte. Et tenez-vous bien… elle ne peut justement pas recevoir ce type de soin à cette période précise…
  • Et… j’en oublie certainement énormément !

Si vous êtes enceinte, que vous vomissez à flot du matin au soir, que vous avez perdu 5 kg, que vous ne dormez plus, que vous ne tenez plus debout, que vos jambes ne vous laissent plus de répits, que votre dos vous torture et que vous recevez des décharges de douleurs de toutes parts, alors lorsque votre médecin vous regarde dans le blanc des yeux pour vous sortir « la grossesse, c’est pas une maladie », vous avez envie de lui rire au nez. Bon, vous finirez plutôt, probablement, en sanglots ; enfin, ça c’est si vous vous souvenez de lui expliquer ce qui ne va pas… (Merci les hormones.)

Qu’est-ce que je voudrais faire passer à travers ce petit post ?

Je veux dire par là qu’il y a plusieurs types de femmes enceintes. Il y a les chanceuses qui ne ressentent aucune douleur. Il y a celles qui ont quelques maux durant le premier trimestre. Pour d’autres, c’est le troisième trimestre qui rime avec supplice. D’autres encore ont le droit à un beau bouquet garni de douleurs en tout genre du début à la fin.

Alors oui, la grossesse n’est pas une maladie en soi, mais à partir du moment où la femme qui le vit se sent vraiment malade, nous pouvons admettre qu’elle l’est, vous ne pensez pas ?

Généralement, dans l’imaginaire collectif, il y a deux profils de femmes enceintes : soit la future maman est épanouie, tout est merveilleux et c’est la plus belle période de sa vie. Soit elle est insupportable à vivre, elle a mille demandes et elle semble profiter de sa condition pour avoir tout ce qu’elle veut.

En réalité, il y a bien plus que deux profils et je me demande d’ailleurs bien pourquoi il existe autant de tabous autour de cette période. Une chose est sûre, il existe une palette de profils différents ! Selon les personnes, mais aussi selon les grossesses (une même personne peut être malade lors d’une grossesse et aller très bien lors d’une seconde grossesse).

Il y a des femmes qui ont de l’énergie et un col bien fermé : pour elles, les longues balades et autres séances de sport ne poseront aucun problème. Pour d’autres, elles peuvent à contrario être en repos forcé, voir alitées pour préserver la grossesse de tout danger. A ces dernières, peut-on vraiment dire que la grossesse n’« est pas une maladie » dans leur cas précis ?

Pour avoir personnellement vécu une première grossesse des plus hardcore, je peux dire que l’état de grossesse peut équivaloir à une maladie, pouvant même mener à la mort.

Je pense que la meilleure chose à faire face à une maman qui souffre reste toujours de recueillir, accepter et prendre en considération ses remarques pour qu’elle puisse se sentir entourée et soutenue. Même si la plupart des médicaments ne sont pas autorisés pendant la grossesse, les mots de réconfort ont une puissance considérable pour son moral.

Finalement, il faut garder à l’esprit que ce n’est pas parce qu’une femme enceinte émet quelques gémissements qu’elle regrette son état. Elle reste simplement humaine et elle recherche du réconfort ou des conseils pour alléger et extérioriser sa peine, mais le résultat en vaut la chandelle et elle le sait bien. Dans la majeure partie des cas, être maman est une décision et une volonté pleinement assumées. Pour être maman, il faut accepter les chamboulements, faire des sacrifices, des concessions, il faut beaucoup prendre sur soi et souvent, il y a de la souffrance (au minima au moment de l’accouchement pour les plus chanceuses) et c’est justement parce que la grossesse reste un phénomène naturel qui se perpétue depuis la nuit des temps, en connaissance de cause, que les femmes qui se lancent dans cette aventure pour perpétuer la vie sont d’autant plus courageuses et honorables. Ne leur balançons pas à la figure que ce qu’elles vivent ne mérite pas d’être pris en charge au même titre qu’une maladie, elles qui se tordent de douleurs pour porter et donner la vie. Eh oui ! Ce n’est pas pour rien que l’on dit que les portes du paradis se trouvent aux pieds de la mère.

EM.

J’espère que ce petit sujet accompagné de mon petit dessin pour ce volet des Pensées Farfelues vous aura plu ! N’hésitez pas à me laisser un petit mot, un avis, des remarques en commentaire.

Pour voir et lire le premier épisode des mille-pattes, c’est par ici.
Pour voir et lire les autres billets dans ce format, c’est par ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans pensées farfelues | 23 commentaires

Petits gâteaux à la poudre de cacahuètes

unbrindemaman © EM – Petits gâteaux à la poudre de cacahuètes.

En ce dimanche, c’est une nouvelle petite recette toute simple que j’ai le plaisir de partager avec vous.

Si vous aimez les gâtelets en tout genre et que vous raffolez du goût si caractéristique de la cacahuète, alors ma recette devrait franchement vous intéresser.

Préchauffez votre four à 190°C.

Dans un saladier, mélangez 50 g de farine + 100 g de sucre + 100 g de poudre de cacahuètes (vous pouvez mettre un peu moins de sucre et un peu plus de cacahuètes selon vos goûts).

Ajoutez à cela 80 ml d’huile de tournesol (ou 80 g de beurre fondu à température ambiante pour les plus gourmandes)

Mélangez bien et ajoutez 2 blancs d’œufs + un œuf entier. Fouettez bien.

Munissez-vous de petits moules à gâteaux individuels (remplissez les aux 2/3) et laissez cuire les petites portions de pâtes jusqu’à ce qu’en piquant les gâtelets avec la pointe d’un couteau, ce dernier en ressorte sans pâte.

Avec le petit four et les moules en silicone que j’ai utilisés, la cuisson était d’environ 30 minutes à 190°C contre une quinzaine de minutes dans un four classique. La cuisson est donc à surveiller, car elle sera différente suivant votre matériel !

Ces petits gâteaux à la cacahuète peuvent parfaitement servir de base à cupcakes, à condition d’y ajouter un glaçage sur le dessus.

Pour transformer ces muffins en cupcakes, vous pouvez aussi ajouter des moules en papier entre votre pâte et vos moules de cuisson (que vous devez évidemment garder, car ils servent de maintiens aux gâteaux.)

Ding ! C’est prêt !

Pour éviter de casser les gâtelets encore brûlants, attendez un peu avant de les démouler (à moins d’avoir utilisé des moules en papier, auquel cas vous pouvez rapidement les retirer des « moules de maintien » et les laisser refroidir calmement).

L’odeur de la cacahuète embaume les lieux et même si tout le monde pourrait en avoir envie, n’oubliez tout de même pas de demander à vos convives s’ils ne sont pas allergiques aux arachides avant de leur permettre de n’en faire qu’une bouchée. Il s’agit d’une allergie fréquente, alors faites aussi attention à vos enfants. Pour ma part, j’ai donné une petite quantité de ce gâteau à ma choupette (qui a plus d’un an et demi) pour m’assurer qu’elle supportait bien l’arachide en amont, tout en sachant qu’il n’y avait pas d’antécédents d’allergie de ce genre dans nos familles.

Voilà pour mes petites recommandations… C’est une recette simple qui donne de petits  gâteaux croustillants sur le dessus et moelleux à l’intérieur. Ils sont très parfumés et vraiment délicieux !

Régalez-vous bien !

EM.

Et vous, vous aimez bien le goût de la cacahuète ? Vous avez des recettes à base d’arachide à me conseiller ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Miam | 10 commentaires

Résultats du concours en partenariat avec Wecasa !

Bonsoir à toutes !

Vous avez été nombreuses à m’avoir posé des questions suite à ce concours… Nombreuses à vous montrer intéressées par le concept de chouchoutage à domicile que propose Wecasa, mais… nombre d’entre vous êtes comme moi : à distance des grandes villes que dessert (pour le moment) le service…

Vous êtes finalement 9 à avoir décidé de participer ici sur le blog. Le résultat est tout chaud puisque je viens à l’instant d’effectuer le tirage sort, et j’ai le plaisir de vous annoncer que la gagnante est :

Opaline

Félicitations à toi ! Tu remportes donc un code promotionnel d’une valeur de 50 € à dépenser comme bon te semble sur le site de Wecasa jusqu’à fin février. (Je vais attendre un peu avant de venir vers toi pour te communiquer le code, pour te laisser le temps de découvrir le résultat du concours par toi-même. 😉 )

Je remercie Wecasa pour leur confiance, et je les remercie particulièrement d’avoir pensé à se rapprocher d’un « blog de maman » pour faire connaitre leur super concept.

Et bien sûr, je remercie toutes les participantes ! J’espère que ce partenariat vous aura plu et que j’aurais réussi à vous faire découvrir un nouveau service sympa et pratique.

Prenez soin de vous (de votre enveloppe corporelle, mais aussi de votre coeur et de votre esprit) !

EM.

Et moi, je vous donne rendez-vous dimanche pour un article Miam !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Bien-être, Concours | 8 commentaires

Je m’associe avec Wecasa pour vous offrir 50 € de chouchoutage à domicile

unbrindemaman © EM – Concours en partenariat avec Wecasa.

En ce début d’année 2019, j’ai le plaisir de vous proposer un chouette concours que j’avais hâte de vous présenter !
Là voilà enfin ma surprise ! Je m’associe avec Wecasa pour faire gagner à l’une d’entre vous un bon de 50 € à dépenser pour se faire chouchouter à domicile, ou à offrir à son tour…

2 heures par semaine, cela peu paraitre peu, mais c’est en fait énorme. 2 heures par semaine, c’est le temps que je prends exclusivement pour moi. Je laisse alors ma fille en tête à tête auprès de mon mari et je prends ce temps pour me ressourcer et m’occuper de moi. Je prends ce temps l’esprit léger car je sais que ma fille va s’amuser auprès de son père et je sais aussi que ces moments de complicité sont primordiaux pour eux deux.

Lorsque je parle de ces deux heures, je n’inclus pas de méditation, ni de sieste, ni de lecture, ni aucun autre loisir de ce genre. Je ne parle pas non plus là des petits temps que je prends naturellement chaque jour pour m’occuper de moi et me préparer pour la journée.

Je parle de deux heures que je prends pour me dorloter et prendre soin de moi en profondeur. Ces deux heures font vraiment partie intégrante de ma routine. Chaque semaine, je choisis à l’avance la manière dont je vais occuper ce temps. La majeure partie du temps, je fais les soins qui prennent le plus de temps et qui font du bien : exfoliants, masques, hydratation… Eh oui, avant d’être mère, nous sommes des femmes et je pense sincèrement qu’une femme qui se sent bien a plus de chance d’être une maman épanouie.

Alors que nombre d’entre vous doivent probablement aller régulièrement chez l’esthéticienne ou la coiffeuse pour prendre ce temps si précieux à notre bien-être physique et moral, moi, je préfère prendre ce temps avec moi-même, dans l’intimité de mon chez-moi. Pourquoi, me direz-vous ? Eh bien il y a plusieurs raisons à cela :

  • Je n’aime pas du tout ressortir d’une séance de « dorlotage » et devoir faire tout un trajet fatiguant, pollué (par les gens et la circulation) et énervant avant de rentrer dans mon cocon.
  • Je préfère toujours rester au plus près des miens et de mon chez-moi. Je suis casanière, que voulez-vous…
  • Lorsque je vais quelque part pour m’amuser ou me détendre, j’aime généralement être accompagnée d’une de mes sœurs, de ma maman ou d’une bonne copine pour éviter de subir les temps d’attente seule dans mon coin. Être bien accompagnée est moins possible depuis que je ne vis plus auprès de ma famille et des amies avec qui j’ai envie de partager ces temps particuliers.
  • Je suis plutôt pudique et je déteste me sentir observée pendant mes soins par une ou plusieurs personnes que je ne connais pas en public.
  • L’hygiène est très importante pour moi et j’ai toujours peur de tomber sur un institut plein à craquer où la personne est stressée, pressée et peu minutieuse sur ces questions-là.
  • Selon le soin que j’ai envie de réaliser, je devrais toujours prendre grand soin de vérifier la météo et de m’adapter en conséquence pour éviter de tout « jeter à l’eau »…

En bref, vous l’aurez compris, je privilégie toujours le confort. Voilà comment je me suis retrouvée à « collectionner » les machines. Ce ne sont pas moins de sept outils qui m’accompagnent et qui me permettent de changer et choisir le style qui me convient au gré de mes humeurs « comme en institut ». Ne faites pas les gros yeux, c’est un investissement qui paye sur le long terme… Quant aux techniques, je les ai apprises sur le tas au fil du temps et je dois dire que je suis plutôt au point sur pas mal de choses. Je vous rassure donc, avec mon mode de vie qui exclut des « voyages » fréquents chez l’esthéticienne ou la coiffeuse, je suis pourtant une femme qui sait prendre soin d’elle et je suis loin d’être malheureuse.

Mon mode de vie me convient très bien, et pourtant… et pourtant je me suis quand même laissée intéresser par une demande de partenariat qui m’a été proposé il y a quelques semaines. L’agence Wecasa, qui n’est autre qu’une agence de « chouchoutage à domicile », est venue vers moi pour me proposer de tester leur service avec un bon de 50 €. J’avais le choix entre :

En échange de ce test grandeur nature, je devais écrire un article sincère incluant mon avis critique sur ce service, ce qui aurait pu aider cette marque à se faire connaître (en bien ou en mal (c’est le jeu)).

Autant vous dire que même si je préfère généralement m’occuper de moi par moi-même, il n’en reste pas moins que se masser soi-même ou s’auto-couper les pointes, avec méthode et professionnalisme, reste complexe… vous en conviendrez.

Ce partenariat m’a donc vraiment intéressée car, il faut bien le dire, je me suis sentie privilégiée de pouvoir tester un service en phase avec mes attentes et mes envies. Le concept du « tout à domicile » me permettait d’effacer la liste d’inconvénients que j’ai cités plus haut tout en profitant de certains soins spécifiques. Comme à mon habitude avant d’accepter un partenariat, j’ai effectué plusieurs recherches pour contrôler le sérieux de cette approche, et j’ai même été agréablement surprise de me rappeler que ma copinaute Maman Lempicka avait déjà testé le service avec succès. Vous pouvez d’ailleurs retrouver son retour d’avis ici.

Autant vous dire que j’étais ravie. J’avais hâte de rencontrer la professionnelle et de tester véritablement le service. Je me suis empressée de choisir une date durant laquelle j’aurais bloqué mes deux précieuses heures. J’avais prévu de recevoir la professionnelle de chez Wecasa à proximité d’un point d’eau. J’avais prévu de faire un petit gâteau et du thé pour bien accueillir mon hôte et attendre dans le confort pour passer un bon moment entre filles.

Au moment de passer commande, je n’ai d’ailleurs pas hésité à préciser que je souhaitais recevoir une femme à mon domicile pour des questions de confort, mais aussi qu’elle retire ses chaussures en entrant.

Mais voilà, je ne suis malheureusement pas en mesure de vous dire si oui ou non, mes demandes auraient été respectées puisque je n’ai pas pu tester le service.

Le fait est que Wecasa est un réseau de mille professionnels disséminés dans toute la France. Enfin, plus spécifiquement dans les grandes villes ou régions de France : Paris, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Lyon, Marseille, Nice, Seine-Saint-denis, Nantes, Yvelines, Toulouse, Val-d’Oise, Lille, Seine-et-Marne, Bordeaux, Rennes, Grenoble, Rouen, Toulon… Et moi, je ne suis plus parisienne depuis un moment…

Vous l’aurez compris, Wecasa n’a pas encore de professionnel en service là où j’habite et j’ai donc décidé d’offrir mon bon de 50 € à l’une d’entre vous.

C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquels j’ai souhaité faire cet article et poursuivre le partenariat : pour aider le projet à se faire connaître et se développer au point de permettre à Wecasa de s’étendre dans mon secteur pour que je puisse peut-être un jour le tester à mon tour.

Même si je n’ai pas pu tester le service moi-même, je soutiens donc tout de même le concept qui me semble vraiment être une démarche innovante et très attrayante pour les mamans hyperactives, les personnes pudiques, les entrepreneuses, les mumpreneurs, les personnes âgées et autres personnes à mobilité réduite… Les prix sont raisonnables et le gain de temps est notable.

J’aurais pu me déplacer pour tester Wecasa, mais le service à domicile avec les avantages que je lui trouve aurait perdu tout son sens… Je vous le dis vraiment avec beaucoup de joie, c’est un réel plaisir pour moi d’offrir à l’une d’entre vous ce bon de 50 € à utiliser vous-même ou à offrir sous forme de carte cadeau à une personne de votre entourage.

Après quasiment un an de blogging et d’échange avec vous, je suis heureuse de pouvoir partager ce petit privilège avec vous pour vous chouchouter et vous dorloter à mon tour comme vous le faites à chacun de vos échanges avec moi.

Je vous laisse découvrir le site à votre tour pour vous faire une idée. Pour participer au concours, il vous suffit de laisser un commentaire sous cet article et de vous abonner au blog (pour cela, il vous suffit d’entrer votre adresse mail en haut à droite du blog pour être alertée par mail lorsque je sors un nouvel article, c’est gratuit, sans engagement et cela me fera plaisir en prime…).

Je profite de cette fin d’article pour adresser un grand merci à Fanny qui a repéré mon blog et qui est venue vers moi avec beaucoup de professionnalisme et de douceur pour me proposer ce joli partenariat.

EM.

Quant à moi, je ne publierai pas ici jusqu’à la semaine prochaine.
J’annoncerai la grande gagnante le jeudi 24 janvier à 21h00.

Les jours suivants, je communiquerai alors le code promotionnel à la gagnante qui pourra l’utiliser directement sur le site Wecasa. Je ne demanderai aucune information personnelle à la gagnante si ce n’est son adresse mail pour lui communiquer le code.

A vos claviers ! Et n’hésitez pas partager le concours et à inviter vos copines…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Bien-être, Concours | 26 commentaires